Lundi 23 mai 1 23 /05 /Mai 06:50

Attention, aujourd’hui c’est TRES lourd

 

Dans le Cadre de la quinzaine du Gloumoute's Baraki tribute (1) au Festival de Cannes

Ne Ratez pas…

Bientôt sur vos écrans…

 

Rustic Warner Gröss présente

 

Du réalisateur du merveilleux film animalier "Je suis un nasique"

Lars Von Trier

 

619px-Portrait of a Proboscis MonkeyJe suis un nasique : chef-d'oeuvre absolu d'un réalisateur qui a du nez.

 Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Portrait_of_a_Proboscis_Monkey.jpg

Auteur : Bjorn Christian Torrisen.

 

(Musique mystérieuse pour ascenseurs, grosse voix du baraki qui fait toutes les bandes-annonces de films à suspens depuis 30 ans)

Quelque part au large des côtes Californiennes… par un froid matin brumeux…

Son corps a été meurtri, jeté à l’océan…

Il a dérivé au gré des courants marins (ah les courants marins, l’administration Obama envisage de les classer sur la liste noire des ennemis de la Démocratie)…

Dérivé jusqu’à arriver au large du Japon…

Là, par une mystérieuse alchimie... Des taux de radiation massifs au large des îles Nippones (on voit bien là que ce film de science-friction n’est pas réaliste hein)…

Son corps a muté, s’est transformé…

Il revient pour se venger et ça va chier grave !

 

BENZILLA

 

 

 

 

montage benny

Un extrait saisissant : Benzilla sort des eaux troubles du Pacifique, princesse. Avec des effets numériques terrifiants de réalisme.

 

Et dans le rôle de Ben Zilla, ne ratez pas le grand retour à l’écran de Horst Tappert (2) !

 

 img-134553dqs4y

Benny B. Laden Zilla s’attaque aux champs de derricks du Texas. Des effets spécieux sans reproches : sai-si-ssant qu'on vous dit ! 

Source : http://alainfinkielkrautrock.blogspot.com/2008/12/horst-tappert-for-ever.html

 

Original Soundtrack byP4300023

DJ MASTER PHOQUE (3)

including hits "Phoque yo mozer", "You've it in the pète", "Banga in the mist with the camerist" feat. DJ DSK, "In my bunker, Ich Bin ein Berliner" feat. Lars Von Trier and JFK. "Total respect for the Straussman" live in Vienna feat. François Feldman ! 

 

Et ne ratez pas la suite à l'écran :

 

Kadhafizilla, le panzer-dromadaire !

Hara%20Kiri%20num%20162

 Source : http://www.harakiri-choron.com/ A visiter ABSOLUMENT !

 

Et bientôt la version porno du film pour se faire encore plus de pépettes !

 

Fucking Monsters Inside.

Bientôt en jeu sur votre console Nintendo DSK.

 

Et évidemment la version érotique asiatique, nippone ni mauvaise d’ailleurs :

On Fuck Où ? Shi moi ?

 

Allez encore une fois… Jimmy Page fait ce qu’il veut avec qui il veut hein, mais c’est plus du cachemire, c’est de la toile de jute…

 

 

(1) Le gloumoute est un animal étrange dont la fourrure sert à recouvrir les volants et les sièges des Ford Escort 86 trafiquées des barakis.

  

(2) Également disponible en version lente pour les homes et maisons de repos.

(3) Je suis conscient qu'il s'agit là d'une otarie et pas d'un phoque. Mais y avait que ça au jardin zoologique. Si vous voulez des phoques, offrez-moi un voyage dans le paradis blanc, mais pas avec Véronique Sanson, par pitié. 

Par le rustre - Publié dans : Café du commerce - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 21 mai 6 21 /05 /Mai 06:00

 

Almanach de la semaine : du 16 au 22 mai.

 

 L’essaim des Saints

Le 16 mai : Jour faste.

 

Dicton du jour

"Femme de chambre dans le salon, tu ne prendras pas l’avion."

Ce sont les Brenda et les Brandon que nous fêtons aujourd’hui. Toute une génération pleure sur l’incurie de ses parents. C’est aussi la Saint Honoré, dessert plein de la nostalgie de mon enfance. Et c’est aussi l’occasion de se rappeler cet adage

"A la Saint Honoré honore femme de force ou de gré."

Et enfin, c’est la Saint Fale (un moine Auvergnat du 6ème siècle).

"Quand l’arc est bandé, Saint Fale use de force pour entrer."

 

Le 17 mai : C’est la Saint Tropez. Un saint tout nu et tout bronzé, je suppose.

 

Le 20 mai : C’est aujourd’hui la Saint Lucifer, qui fut évêque de Cagliari, martyr en 370. Lucifer un saint… quand je vous dis qu’ils nous racontent n’importe quoi. Et comme c’est un saint, en son honneur…

 

 

Le 22 mai : C’est la Sainte Quitterie, princesse wisigothe catholique. Sainte Quitterie… après une semaine aussi chaude, ce serait le moins qu’elle puisse faire, Anne qui a le Saint clair. Nous, nous en sommes quitte pour nous retrouver lundi, bon week-end.

 

Rétro rustre.

 Nous ne parlerons que de pinard cette semaine… MAIS…

 

Que cela ne vous empêche pas de rencontrer mon voisin Justin

 

"Le vin est une boisson alcoolisée. Et donc c'est mal. Cela peut provoquer des cancers de la bouche, des dents de devant et de celles de derrière, des cancers de l'oesophage, du foie et de l'intestin grêle, des ulcères, des furoncles purulents, des abcès pleins de pus nauséabond, donner la migraine, tuer les neurones, aider à la prise de cholestérol, à la prise de poids, à la prise de terre, provoquer des fractures du myocarpe (ou de la carpe myope, je sais plus). Non c'est mal même un petit verre hein !"

http://lerustre.over-blog.com/article-les-vins-de-copains-51099067.html

 

Ni de subir l’attaque des terroiristes :

 

"Il nous disait son émoi devant la complication et un certain snobisme du monde vinique. Dans une envolée lyrique très ébouriffante, il nous parlait pêle-mêle de son père, de tripes à la corse, de minéralité, d’Anne-Claude Leflaive, de Papouasie, de son médecin de famille et même du fait, pourtant improbable, que Dieu le tarlatutte. Bref, envolée, oui, mais pour un atterrissage (quel laid mot !) un peu abrupt. En fait un peu le bordel ce texte, c’est à se demander si l’auteur n’est pas un peu con…"

http://lerustre.over-blog.com/article-du-pinard-dans-les-arteres-2-l-attaque-des-terroiristes-51956663.html

 

Et enfin, vous reprendrez bien un peu de Gewurztraminer en compagnie de POMPON, pour ceux qui se souviennent de la Classe sur FR3.

http://lerustre.over-blog.com/article-la-maison-n-a-peur-de-rien-gewurztraminer-entre-paradis-et-enfer-52441627.html

Ah ah non mais… Citez moi un , un seul, un seul blog où on peut à la fois entendre parler de vin, de préservation de l’environnement et de Pompon ? Un seul ?

Ouais... une semaine décidément bien chaudasse...

 

Par le rustre - Publié dans : Almanach des sots et des malentendus - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 20 mai 5 20 /05 /Mai 07:35

 

Un jour, des mots.

 

Elio Di Rupo a été nommé formateur par le roi. Mais formateur de quoi ? Ca on ne le sait pas.

D’une fanfare ?

D’une équipe de water-polo ? D’abord, on ne dit pas water-polo mais Wauter Beke. Et d’abord, je ne connais ni Walter ni Polo.

 

"Tu sais comment on prend la température politique en Belgique ?

On met Leterme au mètre."

 

"Quand la Belgique est malade, c’est le roi qui consulte"

 

Un jour, deux photos

 

Photo14 (4)

Aubes sauvages... sur l'étang de Virelles près de Chimay. Nettoyage de l'âme garanti. Un rendez-vous, une barque, un guide... et c'est accessible à tous les lève-tôt. Et c'est ici : http://www.aquascope.be/activites/aubes.html 

 

 

P5190137

Fleurs de l’aubépine. Beau mois de mai qui nous quitte déjà, qui nous a déjà quitté, on ne sait plus. Ne serions-nous pas déjà en juillet ? Fleurs blanches des haies de nos bocages. Damiers de couleurs de nos enfances. Fleurs à l’odeur divine, entêtante, repoussante. Tout est question de dose et de goût. Rarement j’ai connu une senteur qui suscitait des réactions aussi opposées. Pourtant, à doses homéopathiques (une petite poignée pour dix litres), elles parfument agréablement un vin blanc, lui donnant des petits airs de Sauvignon. Je les ai utilisées en compagnie de feuilles de frêne séchées et de pétales d’églantier pour parfumer des pétillants réalisés à base de sève de bouleau. Ajouter en fin de fermentation avant la mise en bouteilles.

Par le rustre - Publié dans : Almanach des sots et des malentendus - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 mai 4 19 /05 /Mai 07:59

 

J'ai retrouvé un petit exercice "d'écriture automatique" réalisé au bord d'un chemin il y a quelques mois, alors que je me promenais. Je l'avais totalement oublié...

 

P2060008

 

Chut ! Ecoutes. Tu entends ce cri flûté, légèrement nostalgique ?

Tsi tsi flu !

Non ? Pas le temps ?

Trop occupé à écouter le vacarme de ton propre cœur qui s’alarme parce que tu vas être en retard au cinquième rendez-vous de ta journée, que tu dois avoir fini à l’heure parce que c’est toi qui va récupérer les gosses aujourd’hui, qu’il y a des bouchons, qu’on annonce du verglas que…

Tais-toi ! Regardes avec tes oreilles, te dis-je. C’est une mésange. Tu entends son cri flûté, légèrement nostalgique ? Tu le sens effleurer ta peau avec la tiédeur parcimonieuse d’une matinée de mars ? Tu le sens te titiller le bulbe olfactif d’esquisses de primevères et de violettes dans la rosée ?

 

Il faut que tu t’arrêtes. Il faut que tu respires. Il faut que tu regardes.

Il faut que tu vois ces reflets dans les nuages quand le soleil se fane. Il faut que tu vois ces deux amoureux dont le regard irradie l’abandon et la joie. Tu as été comme eux. Tu pourrais être eux. Toi aussi tu as eu ces yeux avant que la vie ne te dépasse.

Parce que les sourires des enfants ne sont jamais comme à leurs deux ans. Et que leurs deux ans, c’est éphémère.

Parce que 80 années ça parait long. Pas quatre-vingt printemps. Quatre-vingt floraisons du muguet. Quatre-vingt saisons des fraises. Quatre-vingt temps des cerises. Huit fois compter sur ses dix doigts. Très court. Tu te retournes et tu ne dois plus compter que quatre fois sur tes dix doigts. Trois. Deux. Un. Zéro.

Il faut que tu t’arrêtes. Il faut que tu respires. Il faut que tu entendes.

Il y a tellement de bruit.

Il y a tant de sons qui t’assaillent.

Cacophonie de concepts qui caquètent.

Des cris comme des gifles qui pleuvent de partout. Du son, tellement de sons, tout le temps, partout, toujours. Tellement de fureur. Au sein de ce brouhaha, on crie ton nom. Tu ne l’entends pas. Tu ne le comprends pas. Tu ne sais même plus qui tu es.

Tellement de bruit. Qu’au début tu n’entends pas le râle qui sort de ta gorge. Mais le râle se fait plainte, se fait cri, hurlement qui monte et écrase le boucan petit à petit comme une masse qui s’abat sur tous les mp3, radios, ipad et autres boîtes à oubli qui t’entourent.

Il faut que tu t’arrêtes. Il faut que tu respires. Il faut que tu ressentes.

Silence.

Un merle noir lance sa trille du haut d’un épicéa. Tu entends tes pas lourds qui font craquer les feuilles mortes qui jonchent en tapis épais le sol de la forêt. Un chêne immense et griffu te regarde passer.

Un hêtre cyclopéen, droit et élancé, large comme la main d’un père, est plus attentif. Il te voit sourire. Tes deux pieds dans la boue. Le paysage triste du Condroz un soir de mars. Marcher sur une crête d’où le regard ne s’arrête plus. Entrelacs de branches nues et mortes, damiers agricoles mornes bruns, gris, jaunes, fanés.

Et le ciel pastel.

Et le murmure du vent.

Le silence pesant loin du verbiage des gens. Juste ce merle qui appelle le printemps.

Il faut que tu t’arrêtes. Il faut que tu respires. Il faut que tu vives. Simplement.

Un à un les instruments parlent dans le soir qui s’attarde. Le souffle d’une vache, l’aboiement lointain d’un chien, le bruit métallique d’un joug dans une étable et puis quelques chats-huants. Et là, au sein de cette symphonie en calme majeur, tu marches encore jusqu’à te retrouver, jusqu’à te rappeler ton nom. Marcher dans le vent, le froid, la nuit, les étoiles, jusqu’au carrefour sur la crête, croisement des croisements entre n’importe où et nulle part. Si tu prenais à droite, tu irais très loin. Si tu prenais à gauche tu irais encore plus ailleurs.

Tu es arrêté. Tu respires. Tu vis.

Et les étoiles tombent autour de toi parce qu’il est presque trop tard.

Presque.

P4190078

Par le rustre - Publié dans : Chroniques rustiques - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 18 mai 3 18 /05 /Mai 07:34

 

P4260171

Dominique, nique, nique. Un plat à manger saignant, parfumé au porsche, au poivre pardon, de Cayenne, le bagne bien entendu.

 

C’est que l’affaire me consterne. C’est une cata Strauss. Le tout Paris can Kahn. Ca cancane et ça caquette de la quéquette à Kahn même à Kankun et sur la soubrette à Kahn, sur la croisette à Cannes je veux dire. C’est qu’à ne penser que queue, Kahn ferait vaciller les bourses. Tout ça pour un don en liquide et un retrait au guichet.

Bon et j’arrête là. C’est trop facile. Sans oublier Dominique nique nique auquel tout le monde ou presque a pensé, même moi, c’est dire. Depuis dimanche, dans la presse mais surtout sur les sites d’infos sur le web, facebook et twitter, c’est la tornade des bons mots.

Une histoire de cul ça prête à rire. Surtout quand elle se fait aux dépends d’un puissant.

Sauf que…

Sauf que voici un puissant du monde jeté en tôle comme un vulgaire dealer. Jeté sans ménagement en pâture aux caméras avides et goulues. Sauf que voici une vie brisée.

Sauf qu’une femme dit avoir été agressée et violée. Sauf qu’elle n’est peut-être pas la seule. Sauf que le sordide de cette affaire sent les poubelles d’arrière cour et les remugles de pissoirs publics.

P4260166

L'arrestation de Strauss-Kahn à l'aéroport. La présence de Marine Lepen (la blonde bien cachée derrière le tricéraKahn) et de Sarko, le playmobil de droite, laisse envisagé les pires scénario complotistes.

 

Imaginez un peu le spectacle mesdames et messieurs, le barnum dans toute sa splendeur, défilé de monstres, la femme serpent, l’homme-jambon de Parme. Oyez oyez.

Voici un puissant, le patron du FMI, le présidentiable de la gauche française, un homme riche qui peut s’offrir les faveurs tarifées des plus beaux fleurons de la Vallée Silicone. Voici un homme qui se sait observé, qui se sait vulnérable, qui sait qu’on attend le faux pas. Et cet homme cède à ses instincts les plus bestiaux pour sauter une soubrette dans un salon ?

Et le voilà arrêté, déferré, empapaouté en quelques heures à peine ? En moins de temps qu’il ne faut à un évêque pour crier aux parents choqués, "ce n’est pas moi !"

Voilà que les infos, les preuves, les échos les plus divers se mettent à circuler sur le web plus rapides que la vitesse de la lumière journalistique officielle ?

L’odeur de complot, du "à qui profite le crime" fouette plus qu’un chat crevé au bord d’une route en juillet.

On hurle à la présomption d’innocence !

Sauf que… les témoignages affluent. L’homme serait coutumier du fait. Monsieur ne se sentirait plus dès lors que Popaul est aux abois. Tout le monde le savait mais fermait sa gueule. Tout le monde le savait mais ce n’était pas si grave.

Voici un homme qui se sent observé mais voici peut-être aussi un homme qui se croit intouchable, qui se dit que ses actes ne sont pas si graves que ça, que ce n’est que du jeu, que la soubrette, quelques dollars dans la culotte et elle aura la mémoire qui flanche.

209 (2)

La morale de cette histoire c'est que les hommes sont des porcs. Et la morale de la morale, c'est que les filles aiment bien les porcs (chanson paillarde)...

 

Voici peut-être un homme qui n’en est pas à son coup d’essai, un prédateur, un porc qui s’en va aux femmes comme s’il s’en allait à la bauge.

Sauf que… il y a la présomption d’innocence, le lynchage public, les images avilissantes d’un homme face à une justice qui ne chipote tellement pas qu’elle nous choque, nous les Européens qui pourtant nous plaignons de nos arriérés judiciaires.

 

P9100132

L'homme derrière les barreaux du terrible "rock". Il a pourtant l'air doux comme un agneau. Certaines sources autorisées prétendent qu'il serait déjà sur l'île à danser Jailhouse Rock avec Elvis et Oussama.

 

Voyez, braves gens : la justice américaine est égalitaire. Voyez cet homme jadis si puissant, l’air hagard, perdu, poches aux yeux et poils raides au menton. Voyez la bête humaine.

Voyez la moralité de l’histoire. En Amérique, ça ne rigole pas. Voici un homme qui pourrait bien finir ses jours en tôle pour une tentative de viol, plus de 70 ans de peines cumulées. Chez nous, tu es complice d’enlèvement, séquestration, viol, torture, assassinat de fillettes, tu t’en prends pour 15 ans, toutes primes déduites. Et tu demandes l’asile politique à l’internationale des dégueulasses, enfin tu entres au couvent quoi.

Coupable ou pas. Complot ou pas ? Viol ou pas ? On finit par s’en fiche : l’important c’est le cirque mesdames et messieurs. Prenez vos tickets, prenez vos places. Un spectacle inédit par semaine.

Après le succès planétaire de notre représentation de "Fukushima".

Après le succès critique de notre chef-d’œuvre "Oussama".

Goûtez tout le sel de notre nouveau spectacle "la quéquette à Kahn", du sordide dans la plus pure tradition glaireuse.

Prenez vos tickets. Prenez vos places. Et la foule chamarrée qui se presse sous le chapiteau…

Parfois, je goûte plus que d’autres la vertu d’un coucher de soleil sur la campagne.

 

 

Par le rustre - Publié dans : Chroniques rustiques - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

plus de couleur

  • P4050017
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés