Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 12:05

 

Belgique. Le soir improbable d'une année indéfinie...

Alors que le soir se couche et que notre Pays consume ses dernières braises, la peur nous étreint et colore le crépuscule de cendres. Nous sommes plus pétris d’angoisse que des cougnous à la Saint-Nicolas… La Belgique n’est plus et Jacques Brel ne chantera plus "avec" car désormais ce sera sans. Il n’aura jamais l’occasion de voir, le pauvre, qu’après la Meuse, le Plat pays ne l’est plus tant que ça. Le chaos s’installe et autorise l’imagination à galoper sur les routes sans repos vers nulle part (Dju ti).

P4300054

Maurice béjart, lors de la dernière représentation de son ballet pour snuls "La Belgique est un plaisir et doit le rester".

 

Rappel des faits.

Lundi 4 octobre, après 113 jours de négociations depuis les élections, Bart De Wever rompt les pourparlers voulant "Repartir de zéro, sur une page blanche (du cul aurait-il finement ajouté)".

Bon, on était sûr que depuis trois mois, ils ne faisaient rien qu’à jouer à la belotte, nos hommes politiques, démineurs, médiateurs, formateurs, informateurs, pré-formateurs, groupies alpinistes de haut niveau, post-ex-pré-formateurs et autres négociateurs, mais bon…

Première semaine d’octobre : les négociations reprennent sur des bases neuves et on aborde les sujets qui fâchent vraiment sans tabous dans le cadre d’une véritable révolution copernicienne (ne cherchez pas et réécoutez les bandes depuis le 13 juin…).

Et effectivement, le cœur du problème est vite enfoncé (comme ton cul, aurait dit Bart De Wever…) quand la N-VA dévoile ses véritables intentions. La scission de BHV, de la sécu, de l’IPP, la responsabilisation financière des Entités Fédérées (du cul ! aurait chuchoter Bart…) n’étaient qu’un pudique cache-sexe pour ses véritables ambitions : rendre obligatoire, deux fois par semaine, dans toutes les cantines scolaires de tout l’Etat Fédéral, le Waterzooi à la Gantoise et les carbonades flamandes.

Rien que ça. Bart De Wever déclare "les Francophones doivent accepter dans les 48 heures sinon, ils vont voir leur cul devant leur dos hein ! "

Les francophones rejettent l’ultimatum en Front Uni (on note quand même la phrase lourde de conséquences pour l’avenir de Didier Reynders "Ben quoi, c’est pas mauvais le waterzooi !").

Enfin combatifs, ils lancent un contre-ultimatum : Tous les vendredis dans les cantines scolaires du pays, ce sera tarte au vaution ou rien. Olivier Maingain, s’attirant les foudres de son parti, ajoute "Na na na na nèèèère !" Les Germanophones quant à eux, en ont marre d’être spoliés. Soutenus par les délégués liégeois, ils exigent de la cannelle dans tous les plats, même la mayonnaise. Le Front Francophone dépose un recours devant la cour internationale des droits culinaires.

P4300023

La présidente du CDH, Joelle Milquet, inflexible devant le diktat insupportable de la N-VA.

Samedi 9 octobre : 14h00 : Joelle Milquet en rajoute une couche : "le vaution est à prendre ou à laisser. Et si les flamands refusent, nous durcirons nos positions. Qu’ils prennent garde : nous pourrions mettre les cûtes peûres, la tarte al djôte et même la chimay bleue sur la table des négociations". Michel Daerden se dit prêt à recevoir des responsabilités de la part du roi pour être à table aussi.

15h00 : Laurette Onckelinckx en appelle à la collaboration du peuple et des élus flamands pour une Belgique "Tartine et Boterham".

15h30 : Bart De Wever réplique que "parle à mon cul,  les flamands ne collaboreront pas".

15h31 : "Ce serait bien la première fois" persifle Olivier Maingain.

Dimanche 10 octobre : Dans la nuit, un communiqué de presse de Bart De Wever vitupère : " Vaution, vaution, mon cul oui ! ".

Lundi 11 octobre : Bart De Wever rompt de nouveau les négociations et dans la foulée…proclame la sécession de la Flandre et déclare la Guerre Sainte du Waterzooi aux Wallons.

Mardi 12 octobre : L’ex-armée belge, depuis longtemps acquise à la cause du waterzooi et des carbonades dans ses hautes sphères, rejoint les milices de la N-VA et pénètre en territoire Wallon, par les Fourons, à 10h02.

A 10h04, le Gouvernement Wallon est en fuite et s’exile à Monaco. Elio Di Rupo, prostré par tant de violence, pense à rentrer dans les ordres, voire, pire, à devenir militant chez Berlusconi. Jean-Mihel Javaux songe sérieusement à tenter la star academy...

Restés seuls au bistrot à côté de l’Elysette à Namur et n’ayant pas eu vent de la fuite de leurs collègues, José Happart et Michel Daerden prennent le pouvoir et organisent la contre-offensive. Ils ne peuvent malheureusement compter que sur les militaires d’origine verviétoise, fondamentalement attachés au vaution depuis leur plus tendre enfance.

P4260166

Les combats furieux autant que brefs dans le Parc de la Boverie. Témoignage de Bruno Mathot, successeur et Neveu de Guy, qui a participé aux combats. "Ouf ti qu'esse qui nous ont mis les flaminds, on aurait cru un match du standard un mauvais jour. Pour nous hein !"

A 10h07, les belligérants convergent vers le Parc de la Boverie à Liège.

A 10h10, Bart De Wever, debout sur un char muni de sa nouvelle bannière : le Lion des Flandres surmontant la devise "Derrière mon cul, la mer", prend la tête des troupes flamandes. Son téléphone sonne :

-Bart ?

-Oui Didier…

-Bon, ben c’est plié non ?

-Je pense, ya.

-Bon, on se fait une bouffe ?

-Ya, mais plus dans ton resto de tapettes, là, où j’ai chipé du vin la dernière fois. Chez Léon je veux, j’ai une envie de mosselen hein, manneke.

-OK, sois prudent.

A 10h11, les soldats des troupes loyalistes en profitent pour passer par la foire de Liège pour faire des réserves de lacquemants en cas de siège prolongé, avec beaucoup de sirop, pour les bains de siège.

A 10h15, Michel Daerden déclare l’indépendance de la Wallonie, et en ouvre une pour fêter ça. Santé hein m’fi !

P7210053

Moment historique : la déclaration d'indépendance à rebours de la Wallonie par Michel Daerden.

 

A 10h18, c’est le choc entre les Wallons et les Flamoutchs 

A 10h19, c’est la débandade Wallonne. Bart De Wever déclare "On a plus vu leur cul que leurs fusils, hein manneke !"

A 10h20, c’est la fuite éperdue des derniers membres du gouvernement wallon : José Happart demande l’asile politique au Québec et Michel Daerden  à la ville de Cognac. Quant à Olivier Maingain, il demande le statut de réfugié au Lesotho déclarant : "Tu vas voir. Là bas aussi ils ont des problèmes de langues, là aussi il y a des flamoutchs, enfin des sortes. Je vais te foutre un de ces bazars…" Mais dès 11h00, José Happart est capturé à la frontière et incarcéré en camp de rééducation à la "Nederlandse academy", le forcing néerlandais. On ne sait pas ce qu’il advint des deux autres.

A 12 h00, les troupes flamandes occupent toute la Wallonie.

A 12h01, Didier Reynders, après une longue hésitation de 10 secondes, se déclare Guide Suprême de la République Wallonne. Il promet une paix équilibrée mais sans se mettre à genoux.

A 12h03, il achète des fleurs.

A 12h05, il prend la direction du "Chez Léon" de Bruxelles.

A 12h30, les moules même pas encore servies, le Guide Suprême déclare le vaution hors-la-loi. Il déclare la reddition sans conditions de la Wallonie et une journée spéciale sur la foire de Liège "waterzooi et carbonades à moitié prix".

A 12h45, Albert II et toute sa famille filent discrètement sur le yacht royal. Le roi demande l’asile politique aux îles Tuamotu. Il aurait affirmé que le premier qui lui servait des frites irait prendre la température de l’océan (avec son cul aurait sournoisement ajouté Bart De Wever)

Les Belges francophones  sont humiliés, battus, sous le joug. L’Europe s’indigne : "Allons-nous devoir nous trouver de nouveaux locaux ?" Bart les rassure "Nee hein manneke, tu peux rester hein fieu, mais dis-donc, Hermanneke… le waterzooi, tu aimes ça au moins ?"

L’affaire est donc pliée et les conditions de la reddition terribles : waterzooi et carbonades, non pas deux mais trois fois par semaine dans les cantines, suppression des abbayes de Chimay, Orval et Rochefort, et humiliations suprêmes : remplacement des bettes par des chicons flamands dans la recette de la tarte al djôte et déplacement de la date du carnaval de Binche au 11 juillet, nouvelle fête nationale belge.

Ceux qui ne sont pas contents, qui revendiquent ou qui voudraient faire rien qu’à protester sont envoyés en camp de rééducation, où ils mangent du waterzooi toute la journée en écoutant Helmut Loti et des vieux disques de Clouseau !

La Wallonie et Bruxelles battues, humiliées, à terre… jusqu’à ce que…

 Photo 032

A l'aube du 122, 123, 12... euh... quand on aime on ne compte plus. L'espoir revient par la serrure.

 

Jeudi 14 octobre. 

7h00 : d’abord sur les anciennes fréquences de "Radjo lène" puis sur toutes celles de ce qui était connu en des temps plus fiers comme "Fréquence Wallonie", se glissent, s’immiscent, douces comme le babil de la première fauvette au printemps (arrête, je pleure), les notes de la petite Gayole. Et derrière la musique s’élèvent les voix rassurantes, espiègles autant que viriles de deux héros nationaux, deux piliers de la Civilisation Belge : Julos Beaucarne et Arno.

C’est l’appel du 14 octobre. Il dit en substance ceci : c’est pas parce qu’un type qui n’a aucun goût a réussi à exciter nos amis flamands que les dés sont jetés. Les ewarés, c’est comme les snots : quand l’hiver passe et que le soleil revient, c’est du passé. Aimez-vous, la vie c’est chic et pas cher et les carbonades c’est quand même heerlijk avec du sirop de Liège. Il est temps de résister aux grosses biesses ou bien les yeux de ma mère ils vont pleurer. 

8h00 : Ami, entends-tu le bruit sourd du vaution qu’on avale ? Toute la Wallonie est occupée. Toute ? Non ! Car dans les forêts et les Fagnes à l’Est. Dans les bois du Staneux et sur les hauteurs de la Poralée, tout ce que la Wallonie, Bruxelles et les cantons germanophones comptent d’âmes élevées et raffinées prennent le maquis et organisent la résistance.

D’abord diffus, le mouvement s’accentue et se structure. Les différentes factions de cette armée secrète se sont entendues sur un but commun, une revendication ultime : "Dans les cantines scolaires, du Stoemp et de la tarte au vaution, de la cannelle dans la compote !" Et toute la journée la voix de la résistance galvanise désormais toutes les âmes friandes d’avenir dans notre beau pays… Cette voix, c’est celle d’une radio installée on ne sait où dans l’Est sauvage : masquée sous les sylves du Staneux ou terrée dans un cabanon fagnard, c’est Radjo Polleur !

N’ayant peur de rien, et férocement attaché à la liberté d’aller se faire une part de vaution à Tancrémont, ce blog se fera le relais, chaque fois que la censure baissera sa garde, des émissions de Radjo Polleur, à travers notre almanach… Si vous voulez rejoindre la résistance n’oubliez pas votre mot de passe :

"Qu’entendez-vous par là ?"

"Oh ! par là pas grand-chose… "

 

Poum-poum-poum… Poum (1)

Poum-poum-poum… Poum

Ici Polleur, les Wallons parlent aux Wallons !

Poum-poum-poum… Poum

Mononc Léon aime la tarte au Vaution.

Je répète

Mononc Léon aime la tarte au Vaution.

Poum-poum-poum… Poum

(1)    Vous n’êtes pas sans savoir que ces notes de la pub "Rodania", trois brèves une longue, symbolisent en morse la lettre V de vaution !

Partager cet article

Repost 0
Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Observateur BXL 19/02/2011 20:49



Ben non did'jo, Le Rustre ! C'est sacrément chialant c't affaire ! En tout cas, ta "tarte au Vaution", elle me tarde à l'occasion... ! Bon, c'est pas tout ça, mais faut pousser notre caillasse :
sacré Pays ! Voici ma dernière livrée en primeur pour "Faire le point" de ce dimanche 20/02/11 (si c'est passé dans leur blog)... Sinon, ben, pour la "postérité"... Bonne nuit, Le Rustre !
Observateur BXL


Je note un intérêt croissant de la population (internautes) pour le concept "Bruxelles+ 2 Brabants". Les choses ont bien évolué avec l'indication du
projet "Communauté métropolitaine de Bruxelles" dans la Note Conciliateur Vande Lanotte (page 43) et le rapport de l'Informateur Reynders de ce mercredi 16/02/11 (Reynders s'était d'ailleurs
positionné en faveur d'une "Région-Zone Métropolitaine de Brabant-Bruxelles" :
http://www.rtbf.be/video/v_didier-reynders-est-pour-un-elargissement-de-bruxelles?id=729893&category=info&sms_ss=twitter&at_xt=4d3b0c5d59eee803%2C0".) Et puis, nous en sommes à la
proposition phare de Vande Lanotte de ce 17/02/11 sur l'Union Belge-Belgische Unie composée de 4 Etats fédérés URL Courte : http://9367.lapetition.be/.


 


Ceci en tenant compte bien entendu du point de vue de nos compatriotes flamands : "Het taboe der taboes. Dat is voor alle Vlaamse politici nog steeds de Franstalige claim om het grondgebied van de hoofdstad uit te breiden met enkele Brusselse randgemeenten. Sinds de
taalgrens in 1962-1963 werd vastgelegd, hebben de 19 Brusselse gemeenten een tweetalig statuut. Maar van bij het begin was er ook discussie over zes Vlaamse randgemeenten, waar nu nog steeds
faciliteiten gelden voor de Franstalige inwoners. Het zijn ook die zes faciliteitengemeenten die nog altijd de inzet zijn van de expansiedrang van een aantal Brusselse politici." (Brussel,
strijdperk van alle staatshervormingen In Brussel on 11/02/2011 - Een artikel in De Morgen over de twistappel van de staatshervormingen, Brussel.) URL Courte :
http://9329.lapetition.be/


 


Conclusion provisoire : nous sommes dans un stade de décantation, après une phase de mise en ébullition des élites politiques pendant 8 mois : les
scories de nouveaux concepts commencent à émerger et se cristalliser. C'est un nouveau pacte entre les citoyens de ce pays (dénommé actuellement la "Belgique") dont on entrevoit la "condensation"
(a contrario de l'hypothèse d'"évaporation" de M. De Wever). Donc, il ne s'agit pas encore de supputer s'il y a lieu d'envisager des élections (pour quoi faire ?), de préférer des partis (sur
quels programmes ?) : les idées doivent mûrir, les experts de tout poil s'activer (constitutionnalistes, économistes, politologues...), les partis se positionner, les citoyens prendre
connaissance des programmes politiques... Pas d'élections farces comme le 13 juin 2010 où la question "combien de % de vote la NVA va-t-elle capter ?" a monopolisé les médias et les citoyens
tétanisés, grâce également à la NVA et son démiurge De Wever qui tenait la baguette magique de l'Agitation-Propagande !


Bon là, si vous passez ces idées à l'antenne, je mange mon chapeau ;-))


http://7182.lapetition.be - http://9367.lapetition.be/ - http://9376.lapetition.be/ - http://9329.lapetition.be –


 



Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche