Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 13:07

 

Toc Toc Toc…

Il y a quelqu’un ? Is there anybody in there ?

Bonjour à ceux et celles  qui me lisent.

Un mois et demi. C’est la période durant laquelle mon blog est resté immobile, mort ou endormi, vide. Flemme d’écrire, syndrome de la page blanche, crampe de l’écrivain ou paresse de l’écrivaillon, allez savoir.

Toujours est-il que je me suis éloigné du clavier pendant quelques semaines. Le temps de vivre pour de vrai et de retrouver un peu d’inspiration. Mais sus mes preux. Me revoici, tel Thierry Lhermitte sans sa fronde, sa coquille pardon ! Pour le meilleur mais surtout pour le pire, je le crains fort.

Et donc c’est la rentrée. Moment charnière par excellence. La fin des vacances, de juillet et août, ces rois du bouchon sous le soleil qu’il nous fasse plop en sortant du goulot ou qu’il s’étire sur l’asphalte chauffé à blanc, de cette période dite de vacances annuelles même pour ceux, comme moi, qui n’en ont pas vraiment pris.

Une période plus légère où on ne doit plus éjecter ses gosses sur le parvis de l’école (quand c’est une école en Saint-Bidule, on dit un parvis non pour entrée ?), où les routes sont plus vides, les files moins longues alors que les soirées sont moins courtes, une période propice au short, à condition de refermer sa braguette après, une période de calme au bureau, du moins quand on est maqué avec une administration quelconque parce qu’en juillet-août dans les administrations quelconques seul le silence pèse sur les bureaux (et sur la table à côté de la machine à café alors que d’habitude c’est le gros derrière à Raymond de la compta) et seuls les courants d’air font claquer les portes.

Septembre donc, moment charnière parce que si les vacances se terminent, la vie normale reprend ses droits. Un semaine de nouveau rythmée par le boulot, les navettes vers l’école ou la crèche, la course pour mettre les enfants au lit tôt. Génial, les émissions télé et radio reprennent leur cours normal. Les heures de repas, de coucher et de lever sont de nouveau tirées au cordeau.

A l’été succède doucement la mauvaise saison, celle des frimas, des flambées dans l’âtre, des chauds cécémels, des rhumes et des cadeaux de fin d’année. Bien que là, la mauvaise saison, ça fait un mois qu’elle a commencé en Belgique, sauf pour les cadeaux.

C’est le moment où, en général, je compte le passage de l’année. Celui où ma gaieté printanière, teintée d’espoir en un monde meilleur et d’humanisme primesautier et naïf fait place à un tranquille pessimisme camouflé en humour aigre, nourri de misanthropie ordinaire et de poujadisme serein. Je suis définitivement flingué par l’enterrement d’un nouvel été, encore un, alors que des étés nous n’en avons au mieux que 70-80 à vivre. Tiens, prends ça dans la gueule lecteur aussi parsemé qu’adoré. Et dis-toi en sus (mais non, ça n’est pas sale !) que tes jours sont comptés dès ta conception. Du néant au néant. Et boum. Je veux rester seul dans le noir.

C’est la rentrée et je reprends mon blog. J’avais espéré que mon long silence me rendrait de l’inspiration, que ma muse, Rika Zaraï, excusez du peu, se lèverait le cul de sa bassine pour me susurrer au tympan des idées aussi désopilantes que noires et vulgaires, mais non. Enfin, pas vraiment, je ne sais pas. A vous de juger si l’esprit de bassine souffle en paix sur ce blog.

Des sujets d’articles, ce n’est pourtant pas ce qui manque pour le blog touche à tout pour ne pas dire opportuniste d’un quidam campagnard belge et néanmoins alphabétisé, qui à défaut d’émettre un avis autorisé, s’autorise à émettre un avis sur tout, mais surtout un avis, hein !

Je ne sais pas moi… il y a un tas de sujets sérieux comme mon jardin ultra plus que bio… qui malgré un été plus qu’étrange, genre pas dans la demi-mesure, donne des légumes. Des légumes beaux, savoureux et gros alors même que, honte à moi, Maria Thun me fouettera, je me fous comme de mon premier slip des phases de la lune quand je jardine. Comment cela se fesse ? Vous le saurez cet automne, promis !

Il y a la quantité de bons vins que je me suis enfilé durant la susdite belle saison (j’aime moins susdite que icelle mais j’ai moins de mal à le placer). Une petite revue personnelle de rouges ligériens qu’avec à propos et avec la finesse teintée d’earl gray qui me caractérise, j’ai nommée « Raide de Loire ». Raide pour red, rouge et raide comme raide dingue pas raide, le contraire de mou, enfin plus ou moins, pour qualifier les tanins et la fraîcheur ligérienne.

Et puis j’ai enfin décidé de déterrer la hache de guerre avec le Kirchberg de Barr, question bouteilles en tout cas. Après le lieu, les pinards, c’est bonnard. Et ce sera ferrugino-minéral parce que c’est bien connu dans les pinards, il y a du fer, qui a dissous n’est pas cher phacochère de la porte cochère, mon cher.

Il faudrait aussi que je termine ma petite chronique agricole en vous causant des circuits courts, des fermiers courageux qui s’y risquent loin des rayonnages de la Grande Distribution… et qui ont tendance à y ressembler un tout petit peu dès que le succès les dépasse…

Certains blogueurs vraiment au courant de la chose vineuse, pas des potaches un peu piteux comme moi, font des reportages oeno-touristiques vraiment pas piqués des vers. Que ceux qui auraient raté ça aillent donc voir les œuvres de l’alchimiste d’Helvétie, du VTTiste rapicoleur d’Outre Vosges, de l’Oracle du Poulsard… ça vaut son pesant d’arachides.

Tandis que moi, tous les soirs… Et bien si pourtant. Et j’ai mis la barre très haut. Du côté d’Yquem, on tremble déjà. Je vais vous fournir un reportage pas très oeno, un peu quand même, mais très touristique (mais si peu finalement), bref un authentique reportage ni oeno ni touristique sur une des régions viticoles orientales les plus septentrionales de France, à savoir… la Lorraine. Et promis, ce sera sous le haut patronage de Saint-Rémy Bricka, de Pompon et du Grand Jojo. Il se pourrait même que l’illustre Blèze (et pas Pascal, aucun danger) s’invite à la fête. Quand les côtes de Toul coulent à flots, c’est la Meuse qui déborde dans la Moselle.

Et donc, cet automne, au final, vous aurez l’Alsace et la Lorraine. Pas si mal !

Et aussi, ah oui quand même, si, au cas où, j’avais pas dit déjà assez de conneries dans les textes promis ci-dessus, j’ai quand même passé l’été à noter tous les jeux de mots vaseux qui me passaient par le bouchon. J’vous les ferai en rab, gratos, cadeau. On n’est pas à une bêtise près !

Parce que de la blague facile, c’est pas ce qui manque en rayonnage mes preux. Faut dire que le rustre, mazette ! Depuis juillet, il fait dans le luxueux, le drap de soie de chez Vuitton et le sac en croco de chez Petrus. Mieux ! La Romanée Conti de chez Romanée Conti. Si fait. La télédistribution est entrée chez lui cet été. C’est dire les conneries que j’ai à raconter !

Et dans le genre c’est pas les derniers à cultiver le ridicule, il y a évidemment les acteurs du feuilleton belge de l’été. Les négociateurs qui négocient, les pré-formateurs qui préforment en méforme. On dit qu’il faut compter ses doigts après une poignée de main à un politique, qu’ils ne donnent jamais, ne font jamais rien gratuitement. Alors que là si… Ils prêtent à sourire et donnent dans le ridicule. Facile ! Il va bien y avoir moyen de pondre une chronique où la question linguistique belge sera enfin exposée clairement à nos amis français.

Voilà voilà pour ce programme de rentrée. Entre autres choses, parce que ces deux mois de vacances ont bien rempli mon cabas. Enfin, je peux vous le révéler en exclusivité mondiale : la suite de l’article sur les chats arrive ! Vous apprendrez donc des méthodes inédites pour vous débarrasser pêle-mêle : des chiens, des petits oiseaux, des girafes, des voisins, de votre famille.

C’est déjà ça. Sauf qu’il va falloir que je bosse parce que si je dois compter uniquement sur ma fainéante de muse, faudra jeter le cul avec l’eau de la bassine.

Bref, pour paraphraser un des groupes rocks les plus influents dans le monde musical, gastronomique et capillaire…

The Rough boy is back !

Partager cet article

Repost 0
Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Patrick Böttcher 02/09/2010 15:28



Du pur bonheur, mon bon néflier, du pur bonheur...



Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche