Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 07:00

     

Très édifiante et fort vénérable

Encyclopédie

Picrocholine du micro savoir.

Très richement illustrée de gravures d'époque. 

 

Par le Très Estimé

Professeur Nicodème Abélard Leruth de la Motte de la Tichauvent

(Nico le Tich pour les intimes mais il y en a peu)

 

Avertissement : Cet article a été lu et censuré par Maître Leboutte de la Ligue des Bien-Pensants et des Mal-Comprenants (LBPMC) qui n'y a rien trouvé de grossier, vulgaire, offensant ou discriminant. La ligue a cependant inséré quelques notes de bas de pages à l'intention des mal-comprenants. Merci la Ligue !

 

 

Anachorète.

« Il s'appelle Jacques, Jacques, Jacques Cousteau

C'est beau la vie sous l'eau

Tous les poissons sont ses amis,

Les requins, les baleines aussi. »

Plastic Roger Bertrand, 1981.

 

 

Anachorète est un mot rigolo pour commencer une encyclopédie. De plus, c’est le premier mot qui me soit venu à l’esprit pour illustrer la lettre A. Peut-être ce mot ne vous siéra-t-il pas. Sachez que je m’en fous. Du reste, convenez que pour illustrer l'entrée "A" de cette encyclopédie, anachorète est plus opportun que bathyscaphe ou carpophore, mots qui s’ils sont aussi rigolos qu’anachorète se trouvent être légèrement moins représentatifs de la lettre A.

Néanmoins, je vous concède qu’arythmique, anaphylactique ou encore André Antoine eurent convenu. Haricot ou harissa aussi, quoique nettement moins. Cependant, il appert que j’ai choisi anachorète. Et toc. Dans ta face !

Le sympathique appât du gain qui sous-tend ma passion pour l’écriture ne peut se départir d’une certaine déférence bassement calculatrice envers mon lectorat mais il ne faut tout de même pas exagérer. Anachorète, c’est très joli. Je ne vous demande pas non plus la couleur de votre chemise. Ce serait malséant. Du reste, que m’apporterait de connaitre la couleur de vos nippes achetées lors d’un déstockage massif chez WIBRA1 dans vos tentatives désespérées de rattraper au vol votre pouvoir d’achat en chute libre ? Je me fous de vos problèmes mesquins.

Corrélativement, enfin plus ou moins et plutôt moins que plus, cela fait partie des interrogations existentielles qui me tiennent éloigné du sommeil lors de nuits blanches assombries d’errements métaphysiques sans fin (ouf ti !), me tiennent éloigné du sommeil réhitéré-je, au même titre que l’incompréhension qui me gélifie le lobe occipital droit quand je songe que Lâche-Mi Mittal2n’a jamais été évoqué comme manager belge de l’année en 2011. Sans doute parce qu’il n’était pas belge. Discrimination ! Je serais lui, je ferais un procès. Mais je vous arrête, voyant bien dans quel genre de digression discursive vous voulez m’entraîner vils lecteurs.

Et j’en reviens au sujet, à savoir, qu’est-ce que ça peut te foutre, bordel à cul, petit con, que je tienne en haute estime l’anachorète au point de vouloir en discourir en entrée de cette encyclopédie ? En quoi cela regarde-t-il l’apophègme baveux qui lit ces lignes, bougre de chiottes d’attaché au cabinet ? Car enfin, me direz-vous à la fin quel préjugé barbare vous porte à la défiance de l’anachorète ?

 


 

  Kouros Anaphe BM B475 compressé

 

« Pas de bras, pas de chocolat » terre cuite de Jérôme Galère, rameur-pongiste, 1886. Don du Musée de la marelle, Gidéon-sur-Quiquette.

 


 

Au moins, vils sots, savez-vous ce qu’est un anachorète ? Non, vraiment ? Et bien, vous voyez que vous avez bien fait d’acheter ce fichu bouquin malgré son prix exorbitant !

Bien entendu, du haut du sommet inatteignable de mon infinie mansuétude, je vais consentir à éclairer vos obscures lanternes. Mais éclaircissons d’emblée un point hautement litigieux voire carrément broute-burnes.

Oui ! Anachorète est une des insultes favorites du capitaine Haddock. Oui, c’est la raison première pour laquelle ce mot m’est venu à l’esprit pour l’ouverture de cet ouvrage. Et non, je n’ai pas été voir le film, essentiellement parce que j’adore le chapeau d’Indiana Jones et qu’Harrisson Ford ne l’arbore pas dans cet épisode-là. Et enfin, non, ce n’est pas parce qu’anachorète est une insulte pour Archibald que l’utiliser dans un livre est passible de poursuites pénales, mesquines et rémunératrices, par l’autre bande de requins, là ! Pas ceux du lac, ceux du château.

Qu’est-ce donc comme animal que l’anachorète ? Pour l’expliquer de manière intelligible à vos esprits simples nourris de foot et de télé-réalité, j’ai longuement consulté les meilleurs spécialistes de l’Institut. Alors, voyons, voir… wi-ki-pe-dia. Là… Anachorète… bla bla bla… Ah oui quand même !

Bon… ménageons vos neurones… procédons par analogies. D’abord, peut-on déceler des points communs entre un anachorète, Tatayet3 et Charles Michel4 ? La réponse est clairement oui. Pour les deux derniers termes de cette comparaison en tout cas. En effet, dans le cas de Tatayet comme dans celui de Charles Michel, on voit bouger les lèvres du marionettiste derrière. C’est de la très mauvaise ventriloquie. L’anachorète, lui, est d’une toute autre trempe.

Lui, ses lèvres ne remuent qu’avec une parcimonie qui fait chaud au cœur, parce qu’il médite et qu’il les a sèches, les lèvres. C’est que l’anachorète vit dans le désert et dans l’ascèse, le bougre.

Sur l’A16 ? L’anachorète est camionneur ? Non, cela ne signifie pas qu’il vivait dans un péage autoroutier ou sur une aire d’autoroute. Pas l’A16, l’ascèse. Et non, elle n’est pas percée pour qu’il puisse faire sous lui avec aisance et sans s’emplaquer les fesses. Vous êtes un peu con quand même.

Vivre dans l’ascèse, implique que l’anachorète est un ascète. Et là non plus, il ne s’agit pas d’une autoroute. Tant que nous en sommes à mettre des points sur les Zi, Saint François d’Assise n’a rien en commun avec une quelconque autoroute non plus.

P4260166 

« J’ai vu Saint François d’Assise et pourtant il était debout ». Feutres et pastels sur peau de mérou tondue par Jean-Jacques Debout, cycliste-serrurier, 1782. Don du Musée de la bavette à l’échalotte, Crosure-lez-Pétouilles.

 

Et dans la même lignée, non, je dis non ! Si François était d’Assise, il ne l’était pas sur la çaise percée. Et François d’Assise n’était pas d’équerre, il n’y a que les blacks5qui le soient. Bon, c’est tout ? On peut continuer ?

Bref, l’anachorète est initialement un religieux qui se retire pour prier et méditer dans l’ascèse dans un lieu désert. Par extension, cela désigne un homme qui vit dans la solitude et le dénuement pour réfléchir. Je dis un homme comme j’aurais pu dire une femme, ne soyons pas mesquins, bien que je ne vois pas comment une femme pourrait survivre seule sans personne à emmerder.

De cette définition, si nous pouvons conclure que Johnny Halliday ou David Guetta ne sont pas des anachorètes, nous ne pouvons pas tirer grand-chose de plus. Et presque corrolairement, enfin si on veut, ça n’est pas parce que Chirac s’est retiré en Corrèze qu’il vit dans l’ascèse.

    Par extension, il est tentant mais illégitime d’affirmer que nous sommes dirigés par des anachorètes. Au fond, c’est nous qu’ils transforment en anachorètes, ces anacoluthes avec leur austérité à tout va. Austérité blafarde et castratrice qu’ils claironnent crânement dans un effort ultime mais misérable, alors qu’autour d’eux tout se délitte et qu’ils n’ont plus que le subterfuge de l’anachorèse budgétaire pour garder un semblant de contenance face à la rapacité pédante des faiseurs de fric sans âme6.

Mais on s’en tape… ça fait du bien quand même de traiter Di Rupo ou Reynders d’anachorètes…

Mais vais-je enfin donner à vos vilaines âmes souillées de modernité trépidante un exemple édifiant d’anachorète ?

Je vous parlerais bien de Saint Onuphre qui était anachorète en Egypte au 4ème siècle mais peut-on encore évoquer l’époque lointaine où ces terres étaient livrées aux divagations grotesques de la Chrétienté et où le prophète ne jouait même pas encore à chameau perché dans les sables d’Arabie, sans craindre pour l’intégrité de son anatomie face à l’intégrisme désintégrateur des barbus hystériques ?

 

Onuphre libre droit compressé 

« Saint Onuphre à la Gay-Pride » Icône sur peau de phoque de Yann-Arthus Jouret, designer-puisatier, 1752. L’œuvre résume l’iconographie du saint. Vivant seul dans le désert, ses vêtements s’usèrent et sa barbe et sa pilosité corporelle se développèrent par intervention divine pour cacher sa nudité répugnante d’où l’expression « finir à poil ». Et pourtant, Saint-Onuphre est patron des tisserands. Les Gardiens de la Foi sont de grands comiques. Don du musée du slip kangourou de Sydney à Poitiers.

 

Précisons tout de même que l’anachorète est au religieux ce que le ténia est aux plathelminthes7 : un solitaire. L’anachorète est le contraire du cénobite qui lui vit en groupes, mais ça devient dégueulasse et je préfère vous prévenir des dangers d’une pente qui devient savonneuse. Une citation ? 

"Arrête Anachorète, dit le cénobite qui faisait la queue dans la file à l’ascète solitaire qui récitait des vers sans queue ni tête, sans chapeau ni braguette dans le désert."

Evangile selon saints Roger et Robert

 

Le cénobite quant à lui n’est pas forcément pressé. D’ailleurs, si presse bite est rigolo quoique flou de près, presse cénobite moins. Encore une citation ?

« Bien qu’il fut cénobite, il en avait une toute petite. »

Roger Lenain dans « J’ai bien connu Passe-Partout ».

 

Le cénobite désigne un moine qui vit dans la promiscuité, chaste en théorie, mais promiscuité quand même, de ses semblables froqués et libidineux bien que tonsurés.

D’ailleurs n’est ce pas pour cela que le cénobite l’a toute petite parce que libidineux. Oui, comme dans « Ach ! Zo ! Z’est ein doude bidide Nœud ! »

Il n’aura pas échappé à votre sagacité, comme je ne me suis pas privé de ne pas vous le servir grassement et avec insistance8, que dans cénobite, il y a bite. Alors que de l’anachorète, on ne voit pas la queue. Forcément puisqu’elle pend dans l’ascèse percée. Comme quoi… Tout se tient. N’y-aurait-il pas là la marque d’un dessein supérieur et intelligent ?

Et pour conclure et parfaire votre érudition, les côtes austères de la finitude n’étant que rivages lointains sur l’océan sans limite de la Belle Langue, saviez-vous que le français a un mot spécifique et usité pour les gens qui aiment les moines ? Le cénobitophile étant l’ami des moines, s’il a plus de 18 ans et s’il est consentant bien entendu.

Jugez plutôt des lettres élégantes de Gustave Jouret, alias Bakélite Bertrand, chansonnier de l’immédiat après-guerre.  

«          Il aimait tant les moniales, cénobitophile,

Priapique, sans cérémonial, il les enfile. »

Bakélite9Bertrand dans « Tout petit, tout petit la zézette »

 

Et c’est sur ces vers qui ne dépareilleraient pas le phare cher à Claude François puisqu’à douze reprises ils prennent leur pied (si, si, comptez !), que je désirerais vous quitter. En espérant ardemment ne pas avoir répondu aux questions que vous ne vous posiez pas, je ne passerai cependant pas au prochain article sans vous faire remarquer qu’il n’est pas d’horizon plus optimiste que de voir 31 jours au mois de novembre.

 

      P4260166

« Saint François d’Assise jouait du piano debout » détail (pour vous) d’une fresque sur porte de toilette de France Ecosse, artiste-charcutière, 1515. Don du musée de la marinade à Marignan.

 

1.       Wibra : chaîne de magasin pour personnes de condition modeste.

2.       Lâche-Mi Mittal : Visionnaire Indou qui comprit en 2011 que la sidérurgie liégeoise rouillait un peu.

3.       Politicien belge à la pilosité hypertrophiée.

4.       Humoriste belge à la pilosité hypertrophiée.

5.       On notera la vision passéiste et hautement discriminante que l’auteur a de certaines notions. Ainsi, il emploie le mot « black » plutôt « qu’histoire drôle ». La graphie de black reste sujette à controverse. Les spécialistes de l’Université de Liège penchent pour « une blââââck » et de même conseillent de ne pas dire un « néééég » mais un « oiseau de couleur ».

6.       On ne s’étonnera pas des envolées souvent gauchisantes de l’auteur qui ne dénotent pas avec sa vulgarité et son univers passéiste.

7.       Les plathelminthes sont des vers plats qui ne méritent pas d’être fustigés ni maltraités. La LBPMC reste particulièrement vigilante quant aux repects des droits de l’animal dans cet ouvrage.

8.       Nous ne sommes pas sûrs que l’auteur lui-même comprenne tout ce qu’il écrit.

9.       Bakélite : sorte d’ancêtre du plastique.

 

Partager cet article

Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Gino 12/09/2012 12:30


Un peu de mal avec la blonde à Charleroi...


Aaaah les années Pat et Pif.... toute une époque!

le rustre 12/09/2012 13:43



La blonde : mais si un soir au resto, une auto s'arrête et quelque chose (tu prétendais que c'était un labrador, moi une blonde) a tenté de fuir la voiture...


Cré bon sang ! c'est bien le Gino que je croyais ! Ca fait plaisir de te croiser !


Les années Haugimontesques furent rudes mais belles quand même !



Gino 06/09/2012 13:19


Bonjour,


Est-ce que le rustre aurait par hasard taquiné le goujon à la Plante avec Dédé le philosophe?


Salutations,


G.

le rustre 12/09/2012 10:52



Oh là ! qu'est-ce que c'est que ce message subliminal ? Je crains de ne pouvoir répondre. Le Rustre est une blonde enlevée un soir à Charleroi face à un resto asiatique !


Le Rustre est un gars qui a maintes fois goûter au lard grillé sur barbecue mais là je te tends... une perche !



Yannick 14/08/2012 16:52


Bonjour,


Seriez-vous par hasard la personne avec qui j'ai pris mon petit déjeûner sur la terrasse de l'éléphant à VAUGINES samedi dernier 11 Août, et qui m'a parlé avec tant de passion du domaine de la
DORGONNE, de la COULEE DE SERRANT, et de BONNIEUX dans les années 60 ?

le rustre 17/08/2012 17:07



Bonjour, non ce n'est malheureusement pas moi. Ca m'aurait bien plu d'être sur une terrasse à Vaugines... Mais non !



Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche