Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 14:38

Un jour… des mots

 

Autres temps, autres mœurs. Puis, tous les goûts sont dans la nature comme disait le Teckel qui se léchait le cul. (Ah la légendaire souplesse de la saucisse).

Autant je n’ai jamais compris de les Beatles déclenchaient l’hystérie collective, autant je comprends que David Guetta provoque la listériose laxative.

 

Des photos...

Filipendule et Reine des prés.

Non. Je ne vais pas dire du mal du Prince Philippe qui ferait de la balançoire et de sa rurale Princesse (d'origine au moins) qui n'est pas revenue puisqu'elle n'est jamais partie. Non. je ne suis pas comme ça moi. Je vais juste évoquer...

 Reine des prés fleur 1

La Reine des Prés. Reine des prés humides. Encore une beauté des zones dites incultes, ces zones que l’homme pourchasse au nom de la rentabilité. Un drain et hop, ça te devient une belle pâture productive. Sauf que maintenant, même les pâtures ne sont plus productives, heureusement, il reste les lotissements. La reine des prés est une pensionnaire d’un milieu naturel appelé mégaphorbiaie. La mégaphorbiaie et ses habitants sera un fil conducteur à cette rubrique photos durant l’été 2011.

Pour en revenir à la Reine des prés...

De son vrai nom Filipendula ulmaria ou Filipendule ulmaire ou Spirée ulmaire, c’est une plante des lieux humides ensoleillés à mi-ombragés (lisières d'aulnaies) qui pousse souvent en massifs. Elle fleurit en juin-juillet et a pour particularité de dégager un parfum véritablement envoûtant. J’ai déjà essayé d’en tirer parti en faisant macérer les fleurs dans du vin, mais ce dernier a pris alors une saveur amère et médicinale tout à fait rebutante.

En fait, il faut utiliser l’inflorescence séchée pendant un an au moins (temps de maturation où s’expriment les parfums de la fleur) et avec parcimonie (non, je ne connais personne qui s'appelle parcimonie). Alors on peut l’infuser, dans de l’eau chaude ou ce que vous voudrez.

La plante possède des propriétés médicinales diurétiques, fébrifuges, antispasmodiques et antirhumatismales.

 Elle renferme un composé bien connu : l’acide salicylique, dont un dérivé entre dans la composition d’un médicament bien connu : l’aspirine. Lorsqu’on a isolé cette substance de la Spirée, on l’a nommé acide spirique. La société Bayer a déposé en 1899 un brevet pour un médicament issu de la forme acétylée de la substance (acide acetyl-salicylique) et a nommé son médicament aspirin. On savait depuis 1835 que l’acide spirique, extrait de la reine-des-prés et l’acide salicylique, extrait de l’écorce de saule (Salix) ne formaient qu’une seule et même entité chimique. Vous suivez ? 

Cet acide salicylique connait une forme méthylée connue comme salicylate de méthyle. C’est une substance fortement odorante qui intervient d’ailleurs dans le parfum de la Reine des prés. Substance aux propriétés étonnantes. C’est une phéromone. Outre sa toxicité directe à l’égard d’insectes herbivores, la molécule libérée dans l’atmosphère attirerait des insectes carnivores. Cette substance odorante est abondamment utilisée en parfumerie.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche