Mercredi 22 juin 3 22 /06 /Juin 07:39

 

Intro musicale : Also sproutch zaza pousse pas.

Cliquez impérativement maintenant et...  

 Dans cette video "Gloubiboulga amabit", le groupe moldave vainqueur en 2008.

 

... Pendant que la musique hurle, lisez l’intro  à rythme sénatorial comme il se doit pour l'introduction à un chef-d'oeuvre marquant pour l'Humanité (en jaune pipi italique, aucune allusion à Berlusconi ici, l'intro en jaune pipi, pas l'humanité... non mais des fois). 

 

A l'initiative du Ministère du Bon Goût et de la pensée Ariel

Avec la collaboration de l’Amicale Flamande des Joyeux Délateurs Amnistiés.

Avec la collaboration des radjos et télévisions privées de goût douteux de la communauté française de Gelbique.

Avec la collaboration de la Cocof , de la teu teu, d’Atchoum et d’autres nains de jardins.

Avec le soutien de Georges Michael, du doudou et d’Elio, le beau maillot de Ravenne.

Les productions Lerustre présentent

Une émission réalisée par Stamely lubrique et Woody Haleine pur vierge

Le 51ème concours Eurocouillon de la chanson débile

 

Avertissement : Cette série de sketches a été réalisée avec un humour extrêmement ras des pâquerettes dans le cadre de la campagne « des labours et de  l’énergie verte »

Ré-avertissement : feuilleton lourd et poussif à lire sans complexe deux fois par semaine sur le Blog du Rustre. Laissez votre finesse et votre pudeur au vestiaire. Viendez avec le rustre !

 

Mesdames et messieurs... Attendez je laisse finir l'intro musicale...

Il est long Stanley... Difficile de rassembler toutes les facettes du personnage... le kubrick'scube je veux dire... Bon il a pas fini ? Et "Zorro pousse toi", tu vas la fermer ton intro ?

Pfffffff.... c'est long hein... Et ce con de macaque qui tape sur son os ! Les bronzés font du ski, voilà du bon cinéma... Mais le Kubrick là, avec sa grosse tablette de "Côte d'or" qui traine autour de Jupiler, de Jupiter... Pfffff.....

Ah !

 

Mesdames et messieurs, chères auditrices, chers auditeurs, chers oryctéropes, chers pics qui pleupleutent le soir dans le lointain, amis chats au court-bouillon et même vous, électeurs de la N-VA, bonsoir !

035 (3)

Le Chanteur Daniel Broutelavoine qui gagna l'eurovision en 1988 avec Âne masseur, âne.

 

En direct depuis le Sportdome paleis de Hunserkfundjrupdropgrotekeu en Islande, c’est Jean-Louis Lahaye qui vous présente cette 51ème édition du concours Eurovision de la Chanson paillarde et grotesque. Pour cette soirée extraordinaire, j’aurais la chance et l’insigne honneur d’être accompagné de mon vieux complice Jean-Pierre Hautain, directeur d’antenne de Radio Brabant et également présentateur de l’émission phare de la chaîne "j’en bourre quand même"… Bonsoir Jean-Pierre. 

-Bonsoir Jean-Louis, j’espère qu’il y aura de sacrés décolletés ce soir, cré vin djiou. Si je peux vous corriger, ce n’est pas radio Brabant, mais Radio Barbant, nuance.

-Heu… Oui, Jean-Pierre, de taille cette nuance. Nous comptons aussi à nos côtés, monsieur Serge le Lama de la ferme didactique de Bar-sur-Montcul.

- Jean-Louis, bonsoir.

-On peut savoir ce que vous foutez là ?

-On m’a invité et je ne crache jamais sur un regain de notoriété, même quand moi être fâché !

-oui je signale à nos auditeurs qui n’ont pas l’image que vous êtes un vrai lama, avec des poils dans la culotte et tout, et même pas Tibétain de surcroit !

-Rien à voir, je suis originaire des rives du Titicaca. Vu ce qui va défiler comme merde devant nos yeux ce soir, on m’a invité en tant que régional de l’étape si vous voulez. En plus le picotin est offert et c’est défrayé en diable. On se croirait en mission Californienne pour la Région Wallonne. Moi très content, je ne vais pas cracher dessus. En plus, j’étais très impatient de vous rencontrer Jean-Louis. Vous avez un nom qui fait frisoter la laine de mon imaginaire. Lahaye, comme Jean-Luc, comme Brigitte… Fantasmes ! Il me vient comme des envies de vous brouter. Lahaye, quel charme ! Si je ne frêne pas mes pulsions il se pourrait qu’on m’y en chêne.

-Euh… Je suis hétéro et sauf votre respect Serge, je ne suis pas zoophile…

-Mais qu’allez-vous imaginer là Jean-Louis, Je ne mange pas de ce pin là, vous vous tromper d’orme. Je suis végétarien, simplement. Et à l’instar de mes cousins camélidés et autres vieux chameaux, j’aime les feuillages tendres et les jeunes pousses branchues. Mais rassurez-vous, je saurai me contenir. Je suis ici pour travailler, alors au bouleau.

-Merci de votre présence Serge. Et bien entendu, on ne peut plus s’en débarrasser… Le professeur Francis Ballast, la moustache généreuse et l’accent liégeois profond. Bonjour Francis… Des nouvelles de Tancrémont ?

- Mouais bof…

-Bravo l’enthousiasme. C’est parce que je vois une tarte aux myrtilles à vos côtés, ainsi que… Ouaw ! "Très vieille prunelle distillée sans âge" ! Vous nous gâtez ! Mais dites-moi Francis, vous n’avez pas l’air en forme.

-Je pense sérieusement à la grève sauvage Jean-Léopold… Avec un Jean-Machin chose, c’était déjà dur mais avec un Jean-Trucmuche en plus…

-Vous n’avez qu’à nous appeler par nos prénoms. Jean-Louis et Jean-Pierre ça doit pouvoir être retenu par un cerveau d’historien tel que le vôtre, non ?

-L’historien peut-être, mais l’artiste, Jean-Raphaël, l’artiste, lui, est meurtri. Je ne doublerai pas mon nombre de trouvailles en Jean-perds-du-temps (dans les TEC) sans avantages sociaux et salariaux compensatoires. Peu m’importe de bloquer les Wallons, de faire ricaner les Flamands, ce sera non. C’est du droit élémentaire au combat social qu’il s’agit !

-En même temps, si vous faites grève, on s’en fout un peu vous savez Francis… Vous conduisez pas un bus non plus. C’est pas comme Jean-Pierre qui a conduit Dubus à la RTBF…

-Je ne suis pas ce Jean-Pierre là, Jean Louis… Moi c’est Hautain…

-Peu m’importe, cloportes visqueux et lubriques, puisqu’il en est ainsi, je vous appellerai Môssieur Hautain et puis c’est tout !

-Bien Francis, bien, mais il va être gentil et aller à la niche maintenant hein ! Coupez la tarte, versez-nous de cette odorante prunelle et n’en parlons plus !

- Oui Jean-Louis, d’autant plus que les deux présentateurs vedette de Radjiö glagla Radjiö igloo, la radio Islandaise, viennent d’entrer sur le plateau.

-Puis-je me permettre d'ajouter une brindille aux poutres de votre humour Jean-Pierre ? J'ai connu une autre Radjiö glagla Radjiö igloo aux USA, à New-York, je ne sais plus si c'était dans le Bronx ou dans le Queens ! 

-Hilarant Serge ! Revenons à nos présentateurs. Il s’agit de deux vedettes en Islande : Sigidur Olafsmursson et Lady Glagla, la chanteuse volcanique, qu’on a vu dans le chef-d’œuvre de Steven Iceberg. Le naufrage de la p’tite Annick.

-Une chanteuse volcanique qui s’est faite des cendres par la critique, notamment par Haroun Tazzief, pour son rôle d’Annick dans ce film. Mais Lady Glagla se lave de ces scories méprisables.

-Un film poignant pourtant qui conte la vie d’une jeune fille riche qui sombre dans la prostitution au Brésil.

-Oui, Jean-Michel, avec une fin mièvre comme on les aime, avec des requins de la finance qui attaquent un banc de maquereaux. Alors, c’est la panique générale. Les filles de joie fuient, s’égayent dans tous le sens. Une vraie débandade de morues !

 P8140249Parmi ces trois chanteuses, saurez-vous reconnaître Lady Glagla ?

 

-Passionnant, mais je vous interromps Francis, parce que le premier candidat entre en piste et que vous commencez à me concasser les gesticules avec vos anecdotes.

-Tout à fait Jean-Pierre et ce premier candidat est une candidate en la personne de Natacha Tenfeu, candidate Ukrainienne. Natacha qui nous chante la "Musique du vagin", tout un programme Jean-Pierre.

-Je ne vous le fais pas dire Jean-Louis, Wa ha ha hin hin hiiiiiinnnnnn. Surtout que les Ukrainiennes de l’eurovision, en général, quand elles n’ont pas des poils, elles ont de sacrées paires de loches, si je puis me permettre.

-Et bien dites-moi les deux Jean-Phil les mouches, on fait dans la finesse, le classieux à ce que je vois. C’est carrément monégasque comme présentation. Vous voulez pas que j’en lâche une pour faire les chœurs ?

-Oh taisez-vous Francis, écoutons plutôt cette œuvre inoubliable…

 

   

-C’est beau hein Jean-Louis.

-J’en suis tout tourneboulé, évanescence vaporeuse de création artistique…

-Tu parles Jean-Phillibert, elle n’a aucune chance de gagner : pas de décolleté ou à peine, pas de musclés qui arrachent leur froc pour danser en string léopard, pas de flammes et d’étincelles. Aucune chance je te dis. Elle aurait fait ça en bikini et en faisant le grand écart pointé renversé ou la brouette taïwanaise à 6 branches, là je dis pas. Je dis pas. Mais là…

-Francis a raison Jean-Louis, c’était de la poésie pure, aucune chance de gagner. Les candidats en soliloque qui monologuent, même avec leur foune, n’ont que peu de chances de gagner. Il faut que ça pète l’eurovision.

-Pourtant, je trouve cet instrument très intéressant, il me rappelle la bise de mon plateau Andin natal, là-bas, dans le Titicaca, terre brûlée au vent des landes de pierre, autour des lacs, c'est pour les vivants un peu d'enfer, le Titicaca. Le son me rappelle le cri d’un animal…

-Le miaulement d’un chat peut-être ? Mpffff wa ha ha hin hin hiiiiiinnnnnn !

-Mais tout à fait Jean-Pierre, ne riez pas. Cet instrument fut très utilisé dans l’antiquité et jusqu’à récemment, à la cour du shah persan par exemple. Ainsi qu’à la cour siamoise. Tout les goûts sont dans la nature.

-Exactement, ainsi félin un siphon les autres !

-Tout à fait mes amis. Et ce sera la conclusion de cette première partie. Nous nous retrouverons après une courte page de pub. Ici Jean-Louis Lahaye en direct de Hunserkfundjrupdropgrotekeu.

 

Vendredi, ne ratez pas la suite... pétaradante de ces aventures... 

Par le rustre - Publié dans : Chroniques rustiques - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

plus de couleur

  • angélique inflo juin 2010
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés