Mardi 29 mars 2011 2 29 /03 /Mars /2011 07:13

cerisier en fleur détail

 

"Moi, le bio, j’y crois pas. Y a que magouilles et compagnie là-dessous. Un attrape gogos. Mais bon, ne le prenez pas mal hein, mais vos herbes folles et vos trucs muches sauvages là, c’est du bordel et rien d’autre, passez-moi l’expression. A la campagne, monsieur, il faut les épaules pour entretenir son jardin comme il faut. Faut pas de poil dans la main. Et c’est un peu facile, le bio, comme excuse à rien foutre. Non mais. Vos orties et vos saloperies là, vous allez me les virer sinon, j’appelle la police. C’est interdit vous savez ! Ca peut se répandre vous savez. C’est quand même pas le bout du monde de passer un produit qui est fait pour. Ca se trouve dans tous les magasins. Y a que dans les magasins de jouets qu’on n’en trouve pas. Et encore… Et ne la ramenez pas avec vos conneries d’écolo, si c’est en vente libre, c’est que ce n’est pas dangereux. C'est fait pour les Inseks et les mauvaises herbes, pas pour les gens."

Et pour finir, le gars qui vous prodigue ses bons conseils "amicaux" vous fait l’aumône d’un petit sourire de dédain qui dit en gros "j’te reconnais bien va, bobo citadin."

Sauf que… Sauf que… Il ne sait pas qu’il s’adresse à un gars qui n’a vécu que deux ans de sa vie en ville, malheureux comme un rat en cage. Sauf qu’il ne se doute pas que les bosquets d’ortie sont là… exprès. Sauf qu’il ne voit apparemment pas que le bobo écolo se lève à 5 heures du mat’ pour y bosser dans son fouillis sauvage. Sauf que…

En plus, il semble ne pas savoir que les orties ne mangent pas les gens. Ce serait plutôt le contraire. Mais évidemment, si je lui dis ça, il va téléphoner à l'ambulance.

Evidemment, aucun voisin ne m’a jamais lancé cette tirade. Pas d'un coup. C’est un condensé. Un résumé. Un résumé que certains agriculteurs ou vignerons bio  doivent connaitre, non ?

En fait mon condensé de baltringue là, il a raison en partie. Pourquoi donc se peler la couenne à faire du bio si ce n’est pour en profiter au niveau marketing en arnaquant des bobos citadins ? C’est tellement plus facile d’acheter ce qu’il faut et de régler le problème sérieusement. Yaka. Et c’est vrai, dans n’importe quelle grande surface au printemps, on trouve des rayons entiers de saloperies pour anéantir à peu près toute la création, hormis peut-être votre belle-mère. Ca , ça reste à peine toléré, voire illégal. Contre les nématodes, les vers divers, les fourmis qui cro-ondent dans les bois, les taupes et les mulots, les carabes et les mouches diverses. Les champignons et bien sûr, les Mauvaises Zerbes !

Le baltringue un peu plus zélé vous assommera en vous disant que le cuivre, la roténone, le jus de tabac, c’est toxique aussi. Ca pollue. Il vous dira que le purin d’ortie, en France, le gouvernement a enfin pris les choses en main et légifère. Bien la preuve qu’il y a anguille sous roche !

Sûr de lui, il vous dira que des études montrent que le bio ce n’est ni meilleur ni plus sain que le pas bio.

Que le vent de toute façon disperse partout les produits inoffensifs du conventionnel.

Que voulez-vous lui répondre ? De toute façon, vous avez votre place bien au chaud dans son dictionnaire des gogos associés, à la lettre b comme bobo et à la lettre c comme con de citadin.

Vous allez lui parler de quoi ? Du fait que vous êtes d’accord avec lui pour le cuivre, la roténone et le jus de tabac. Qu’effectivement vous utilisez le tout avec extrême parcimonie et dans les bonnes conditions, pour le cuivre en tout cas parce que la roténone, il y a longtemps que c’est fini et à vrai dire, il y a longtemps que vous n’en avez plus besoin ?

Que lui ferait bien de faire de même en utilisant ses saloperies, ce serait un bon début ? Mais que peut-être, lire une étiquette sur une boîte est au-dessus de ses compétences ?

Lui dire qu’entre une molécule d’origine végétale et une molécule de synthèse, il y a une grande différence, essentielle : la rémanence dans l’environnement et la toxicité des métabolites. Différence qui fait que la première est dégradée assez rapidement et que dans certains cas pour la seconde, ses enfants en boufferont encore dans 20 ans…

Mais surtout, oseriez-vous l’argument massue : j’ai beau avoir un poil dans ma main d’écolo bobo, mes légumes sont au moins aussi beaux que les tiens, voire plus, boboche. Alors pourquoi s’emmerder à pulvériser tes trucs. Quoi ? Parce que c’est moins de boulot que désherber mécaniquement et faire mumuse avec tous mes trucs d’écolo ? Mais dis-donc monsieur baltringue, t’aurais pas un poil dans la main par hasard ? Graine de citadin va !

Ce court texte est un exutoire à une conversation pénible datée de ce week-end. Il condense et résume d’autres conversations désagréables. Il relate les boires et déboires d’un petit jardinier amateur perdu au milieu des pelouses impeccables de ses voisins. Cependant, quelque chose me dit que si des vignerons bios lisent ça, des souvenirs leurs reviendront aussi… Je me trompe ?

 

Epilobe hirsute fleur 3

Par le rustre - Publié dans : Le jardin au naturel - Communauté : Le Vin Dans Tous ses États...
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

plus de couleur

  • P4090025
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés