Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 07:42

 

En ce jour du seigneur. Ah, désolé, je consulte mes fiches et elles me disent à l’oreillette que nous sommes vendredi et que donc, forcément, ce n’est pas le jour du seigneur mais celui du poisson.

En ce jour de sole donc… Ce qui me fait penser que le concours reine Elisabeth version Chant d’Eunuques reprend incessamment sous peu (rapport au sol). Je m’en réjouis d’avance car un paquet de béats touchés par la lumière de la muse vont défiler sur nos écrans. Parfois, il y en a des salés.

Mais or, donc, en vérité, en ce vendredi, je voudrais effectuer un retour sur une tradition qui me parait ridicule en notre époque moderne dominée par la créativité entrepreneuriale et la flexibilité joyeuse des salariés, ouvriers et autres mandaïs en tout genre. Il s’agit non pas d’Halloween, non pas de la Saint Valentin mais de la troisième grande fête "poudre aux yeux" de l’année civile et pourtant peuplée tout son long sur nos écrans de militaires cons et agressifs, ce qui constitue une sorte de triplette pléonasmique. J’évoquerai bien entendu la fête du travail.

Fêter le travail. Quelle idée. Quelle fadaise. Quelle connerie. Un dimanche en plus.

Regardez-moi dans les yeux.

Quand vous vous levez le matin pour aller au turbin, en hiver, à 5h00, qu’il faut dégivrer la voiture, déblayer la neige.

Quand, la tête dans le cul, vous vous introduisez le rasoir dans la bouche et que vous essayez de tomber les poils avec votre brosse à dents, tout ça pour aller vous en foutre jusqu’à l’os de gaz d’échappement dans les bouchons, deux heures de bouchon.

Quand vous titillez, chafouin et taquin, mais hardi aussi, les performances de notre société de chemin de fer dont le slogan est, nous le savons tous, "Avec la sncb, t’es pas arrivé ou alors dans le fossé".

Je ne vous parle pas des Transports en Commun, les TEC, fleurons de l’immobilisme Wallon.

Quand vous arrivez hagard, avide de noir serré, à peine prêts à passer votre journée à vous faire engueuler par un canidé sauvage plein de la belle ambition carriériste qui sied à un trentenaire post-moderne mais qui n’a pas eu celle, d’ambition au cas où vous ne suivriez que difficilement, de garder sa femme et de voir grandir ses enfants.

Quand votre première préoccupation de la journée ne consiste pas à trouver une fenêtre d’où sauter discrètement si vous travaillez chez France Telecom évidemment.

Quand enfin le soir, vous vous retapez les bouchons en sens inverse, tout ça pour rentrer chez vous et devoir vous taper les enfants surexcités, votre femme/époux/compagnon/compagne (biffer la mention inutile) qui a eu une mauvaise journée aussi et qui râle parce que vous êtes en retard que les enfants devraient être au lit, qu’elle/il a du se taper les bains et le repas et que…

Et quand la tempête se calme, qu’il ne vous reste plus qu’à vous abrutir devant un épisode de « Bones » ou une connerie téléréelle, si ce n’est à finalement trouver Zeymour pas si cloche que ça tellement vous êtes crevé. C’est dans le terreau de l’abrutissement que pousse le fascisme. Et qu’il ne reste plus qu’à aller vous coucher pour tout recommencer demain…

Oui, regardez-moi dans les yeux : quand vous revoyez vos journées, vous avez envie de fêter ça vous, le travail ?

Moi, je préférerais fêter le salaire. Il en a bien besoin le pauvre, parce que ça fait un bout de temps qu’il n’y est plus à la fête.

Coluche disait un truc du genre "on veut du travail mais en fait, un salaire nous suffirait".

 

P4260166

Les festivités du Premier mai au parti socialiste belge. On reconnait, un peu caché, le chevalier doré du PS, Paul Magnette, seul et unique rattachiste wallon à l'Allemagne, à Gauche Elio Di Rupo, droite avec son casque à cornes, Laurette, et bien sûr au centre les dinosaures du parti.

 

Bon, évidemment, dans l’esprit, le premier mai est plus la fête des travailleurs que celle du travail. Mais c’est un peu comme la Saint Valentin. C’est un peu facile et mercantile de fêter l’amour une fois par an et de l’oublier le reste du temps. Moi, je ne fête pas la Saint Valentin, parce que l’amour ça se fête au quotidien. Ou comme Noel : un jour par an, on nous bassine avec la paix dans le monde et la fraternité entre les peuples mais le 26, ça recommence à se castagner grave.

Ben le premier mai,c’est la même chose. Plutôt que de manifester le premier mai, il faudrait qu’au lieu d’augmenter son salaire de plus de 500 %, le PDG du groupe Michelin pense à augmenter plus substantiellement son personnel. Il faudrait juste qu’en Belgique, des sociétés qui augmentent leur chiffre d’affaire de 200 % n’insistent pas pour que l’augmentation salariale dans le secteur privé en Belgique en 2012 ne dépasse pas 0,3%.

Ce serait chouette des trucs comme ça. Mais bon, c’est comme la Saint Valentin. On fait de belles promesses d’amour le 14 février comme quoi, ma chérie, la saint Valentin ça devrait être tous les jours et puis le 15, on a déjà oublié.

Tiens vous récupérez ça quand vous le premier mai ?

Partager cet article

Repost 0
Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche