Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 11:09

 

C’est la fête de la Communauté Française de Belgique aujourd’hui. Le moment idéal pour une brève un peu longue, non ?

Les lecteurs français doivent se demander de quoi il s’agit. Qu’ils se rassurent, nous aussi. Tout ce qu’on sait avec certitude, c’est que c’est un jour où les enfants ont congé à l’école et les fonctionnaires aussi. Bon inutile de jouer les mauvaises langues en ajoutant un perfide "Ah bon, c’est un jour comme un autre dans les administrations alors" ? C’est mesquin et je vais prendre des noms. Même pas tous les fonctionnaires en plus. Ceux de la Communauté Française qu'en plus on doit même plus dire comme ça mais Fédération Wallonie-Bruxelles même si c'est pas constitutionnel, les députés y z'avaient envie parce que ça en jette. Pas simple hein ? Bienvenue chez nous les gars !

Et encore, je ne suis même pas sûr que les fonctionnaires de la Fédération Socialiste Populaire du Wallobruxistan aient congé. Vu que même le parlement de la susdite fédération a fait la fête ce week-end déjà et pas le 27 septembre. Non mais merde quoi, ça devient grave les gars !

Moi la Fédération Wallonie-Bruxelles, ça me flanque un peu les jetons. Ca fait vachement République fédérée du Boukistan, mais enfin. Une communauté, c'est sympa, c'est des gens. Une fédération, c'est des territoires et les territoires ça se scinde. Olivier Maingain va-t-il déclarer la sécession de Bruxelles d'avec le reste de la Belgique après s'être dépacsé de Charlinou ? 

Donc, pour faire bref, en Belgique, on fait la fête tout le temps. Enfin presque. Et puis, pas tous en même temps.

Il y a les flamands, le 11 juillet. Enfin tous les flamands, sauf ceux de la NVA. Eux le 11 juillet, ils revendiquent et ils protestent. Ils fêtent un élément "fondateur" de l’Identité Flamoutche. La bataille des éperons d’Or… en 1302. Un truc récent donc. Une sombre bataille pour de noirs motifs pécuniers entre le roi de France et les milices communales flamandes, payées par des bourgeois essentiellement tisserands, soutenues par le Comte de Flandre Guy de Dampierre, le Comte de Namur et le Duc de Brabant, des gens évidemment, qui en tant que bourgeois ou nobles voire vassaux du roi de France pour certains, ne parlaient pas du tout le français mais seulement un patois populaire flamand. Mais si vous voulez en savoir plus, consultez donc l'Encyclopédie du micro savoir... 

 Puis le 21 juillet, jour de drache nationale pour tous les Belges, c’est la fête nationale. Tout le monde fait la fête, sauf les flamands de la NVA, qui revendiquent et protestent, tout en profitant du jour férié. Là on fête… la prestation de serment... enfin en gros, l’accession au trône belge d’un prince allemand avec un nom de jambon, ancien colonel de l’armée russe qui vivait en Angleterre et qui allait épouser une Française. Si ça c'est pas l'Europe... Si, si, avec un dirigeant pour lequel on n'a jamais voté et tout... 

Puis ce sont les Wallons qui fêtent leur région. Quand et pourquoi. Euh… personne ne le sait vraiment. Disons qu’en septembre, pendant tout le mois de septembre, on fait la fête à Liège, puis à Namur et aussi un peu partout en Wallonie, le troisième dimanche de septembre ou le deuxième ou le premier, ou peut-être en août, pourquoi pas ?

Ca dépend de où on est en Wallonie, de quand le bourgmestre a envie de prendre un pot, et que puis surtout en plus, na na na nanère, c’est parce que on n’a pas envie de faire la fête en même temps que ces grandiveux de Namurois, qui n’ont qu’à manger leurs escargots au lieu de nous jouer à la petite capitale d’une petite région d’un petit pays, petite capitale même pas assez grande pour ses grands bouchons.

Là, Tout le monde fait la fête et boit du péket en écoutant Julos Beaucarne chanter la p’tite gayole. On ne sait pas trop pourquoi on fait la fête d’ailleurs mais on boit du péket (en vrai, on fête la participation des wallons à la révolution belge, ce qu’on fête quand même un peu aussi le 21 juillet et le 27 septembre hein, mais le sang wallon versé vaut bien quelques rasades de péket supplémentaires).

Et donc tout le monde fait la fête. Et les politiques de venir faire de beaux discours, le Ministre-Président, le maïeur de Namur, celui de Charleroi, un peu penauds et très "petite région poussiéreuse" avec leur belle écharpe maïorale… aux couleurs belges et le bête coq wallon rouge sur son tas de fumier jaune sur le drapeau derrière. Tout le monde se beurre et danse. Enfin, tout le monde sauf les flamands, surtout ceux de la NVA, il faut le dire, qui revendiquent et qui protestent.

Et puis il y a la fête de la Communauté Française de Belgique, rien que ça, le 27 septembre. Là c’est la fête des francophones de Belgique, donc de Wallonie et de Bruxelles, pas ceux de Flandres, même s’ils sont nombreux, pas ceux de Flandres mais quand même un peu, pour la forme, ceux des communes à facilités (ah ah ah, vous l’avez pas hein les français, cette jolie tournure pour dire tracasserie administrative !). Vous ne suivez plus ? C’et pas grave, nous non plus !

Ca doit être parce que la Communauté Fédérative Wallonie-Pologne-Bruxelles-mais-plus-tout-à-fait-Hal-Vilvorde n'a pas encore changé ses papiers à en-tête. 

Pas d'hymne, je crois. A moins que...

 

 

Ce jour là, on fête (encore, et oui) la révolution belge, mais version Wallonie-Bruxelles cette fois. C’est la commémoration du jour où les milices belges francophones (en gros des Liégeois avec un accent germanique à couper au couteau, et un dialecte avec plein de mots germains, deux-trois Namurois et un paquet de Brabançons néerlandophones) ont savaté la tronche de quelques soldats hollandais dans un parc.

Non les Français, ce n’était pas un match de foot, arrêtez de nous dénigrer comme ça. Donc, ça bastonne dans un parc et on boute le Hollendar qui faisait rien qu’à venir en vacances chez nous avec tout son fourbi sans dépenser un liard chez le local, dans son plat pays. Ca valait bien la peine quand on voit le nombre de campings en Ardenne où on ne parle que le hollandais de Hollande et où, s’il n’y avait pas eu l’Euro, on paierait toujours en florins… enfin.

En plus qu’on leur a donné Maastricht, où les gens disent "Nom di Dju", comme à Liège, en échange du port d’Anvers, bled tout plein de flamingants vindicatifs qui ne rêvent que de venir dans nos bras. Dans nos bras certes, mais pour faire rien qu’à égorger nos fils et nos compa-agnes.

Et donc le 27 septembre, on fait la fête, enfin surtout les profs et les fonctionnaires, vu que tout le monde s’en fout, s’en cogne, ne sait pas ce que c’est et n’a pas congé ce jour là. En plus, après les fêtes de Wallonie, les réserves nationales étant vides, on ne sait même plus boire un bon petit péket. C’est dire si on s’emmerde le jour de la Fête de la Communauté Française de Belgique.

Heureusement, on nous sert de beaux discours politiques qui se résument toujours à "Oui la communauté Française en plus des régions ça apporte quelque chose au Pays. C’est notre façon de se dire entre Bruxellois et Wallons, qu’on s’aime et qu’on se fait des betches bien baveux. On s’aime, on n’a pas de sous mais c’est pas grave. Et il n’y a plus de péket, désolé, les Wallons y z’ont tout bu".

Donc, ce jour là, personne ne fait la fête, surtout pas les Flamands de la NVA qui en profitent, subrepticement, l’air de rien, en catimini pour faire rien qu’à protester et revendiquer.

Mais ce n’est pas tout. Car le premier week-end de mai, c’est la fête des Bruxellois. Eux, ils disent Fête de l’Iris. Ne me demandez pas pourquoi, citoyens de France. Ce serait très compliqué et là, je fatigue. Pourquoi a-t-on choisi cette date et que fête-t-on ? je n’en sais rien et je m’en fous ! Mais je m’en fous, mais alors…. N’étant pas fonctionnaire bruxellois et n’ayant pas congé et bien oui, je m’en fous. Tout ce que je sais, c’est que là non plus, les Flamands (sauf, peut-être, ceux de Bruxelles, mais ils sont encore 10 ou 12 à tout casser) ne font pas la fête. Surtout pas ceux de la NVA, qui ce jour là ne renvendiquent ni ne protestent. Ils se contentent de siffler en regardant le ciel. "Bruxelles ? Mais la fête, c’est le 11 juillet hein, c’est notre capitale hein !" 

Mais je m’en tape le coquillard, je m’en bats les valseuses avec une pelle à tarte, je m’en cogne à cent à l’heure de la Fête de l’Iris. Comme je me fous des fêtes de Wallonie et de la Communauté Française d'ailleurs, parce que je n’ai pas congé, que je n’aime pas les saloperies de pékets aromatisés et colorisés à l'E411 que tous les gueux s’enfilent comme des blaires de base en disant "allez hein, c’est le terroir wallon ça Monsieur ! " Gros cons va !

Il reste à parler de la fête de la Communauté Germanophone. Non ! Je vous arrête tout de suite. Non, ce n’est pas le carnaval d’Eupen. Non non. C’est le 15 novembre, jour de la fête du Roi et donc de la Saint Léopold. Pourquoi ? Vous en posez de ces questions !

Mais je n’en sais rien moi hein. Personne ne sait d’ailleurs, même pas les Germanophones. Même sur leur site officiel, ils n’en savent rien, c’est dire. Tout ce qu’ils savent, c’est que le 15 novembre, les fonctionnaires ont congé et qu’ils peuvent boire du péket, mais eux, ils disent du schnaps. Je sais aussi que ce jour là, personne, à part les Germanophones, ne fait la fête. Parce que les Belges n’en ont rien à carrer de la Communauté Germanophone, de ses 854 km ² de forêts et de prairies plus peuplés de sangliers que de gens et de ses 19 communes. Rien à fiche, ni de leur fête, ni de leur avenir dans le bourbier belge. Alors que ce sont les moins revendicatifs, les plus calmes, les plus Belges de tous les Belges.

Et bien sûr, ce 15 novembre… ils vont faire quoi les flamands de la NVA ? Et bien oui. Il y en qui suivent. Ils vont revendiquer et protester, comme d’ailleurs les 364 autres jours de l’année, sauf les années bisexuelles, là c’est 365.

Et si on ajoute à ces fêtes, nonobstant le jour officiel de revendication et de protestation de la NVA qui commence le premier janvier et se termine le 31 décembre, les armistices, la fête nationale française qui est fêtée à Liège (ceux là n’ont pas inventé la poudre, tout fiers d’être sots, ils fêtent en gros la destruction d’une cathédrale qui aurait pu devenir patrimoine mondial et amener plein de touristes à Liège avec des sous, destruction perpétrée par des révolutionnaires liégeois acquis aux délires vendémiairo-prairiaux d’une clique d’excités d’Outre-Quiévrain), le 15 août à Liège encore (et puis tu t'étonnes que Michel Daerden, il soit Liègeois), la Saint Vé et la Saint-Nicolas, le premier Mai, la Saint-Elio et mon anniversaire, on se dit qu’en Belgique, c’est la fête tous les jours. Et on comprend dès lors l’humour belge : on est beurré en permanence.

Sauf les Flamands de la NVA évidemment et vous savez pourquoi. Comment veux-tu qu’on s’en sorte après ?

Allez ami français, lève ton verre, lève ton verreuh. Et porte le au frontibus, au mentibus, au ventribus, au sexibus et glou et glou et glou… Il est des nôôôôôtreuh…

Allez, rattachement de la France à la Wallonie et tournée générale, hips. Ce sera ribotte tous les jours. M’enfin, faut aimer le péket hein. Et la p’tite gayole évidemment.

Vive le Québec libre. A vous les studios !

Mais je ne partirai pas sans signaler à vos âmes légères de cigales insouciantes que dehors les frimas s'en reviennent et que des feuilles innocentes meurent par milliers ! Mais que fait le gouvernement ? Ben, la fête pardi... 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le rustre - dans Café du commerce
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche