Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 08:59

 

Amis et voisins, lecteurs, lectrices, cher Albert II. Longtemps j’ai hésité à reprendre l’écriture de ce blog en berne depuis le 27 juillet. Plus mort encore qu’un pays sans gouvernement élu depuis près de 500 jours. Je me suis dit que mon dernier post pouvait servir d’adieu et que de toute façon, tout le monde se fichait de mes délires. Franchement, j’ai failli. Sans rire. Sans déconner.

Me trouer le cul à écrire des trucs pas possibles, que même moi je ne comprends plus en les relisant, pour me récolter une quarantaine de lecteurs par jour… Merde. J’ai quarante ans. Je veux percer moi et tout de suite. Je ne vais pas attendre mes 60 ans pour abandonner la Belgique et aller faire vomir de rire la France chez Drucker. D’autant plus que quand j’aurais 60 ans, Drucker il en aura… Mon Dieu, je doute qu’il ait encore une émission ailleurs qu’au Père Lachaise. J’exige mon quart d’heure de gloire et tout de suite. Rémunérée la gloire, merci.

Et encore, je vous parle de 40 lecteurs par jour, mais analysons leur provenance voulez-vous ? Plus de 50 % de mes visiteurs me sont envoyés par gogole. Alors si on enlève les jardiniers qui arrivent chez moi dans l’espoir de vraiment trouver une méthode efficace pour chasser les chats du potager, les amis des animaux alertés par un jardinier ami des chats qui viennent voir si sérieusement, il y a un mec sur la toile qui préconise de tirer les chats à la sarbacane pour les mijoter ensuite avec du sirop de Liège et de la Rochefort 10°, si on enlève les centaines de travestis bordelais qui continuellement viennent observer le retour des bordeaux travestis sur le blog, les personnes qui cherchent l’origine de l’expression « putain de bordel à cul de Satan de mes couilles », il ne reste plus grand monde de réellement intéressé par mes calembours au 25ème degré et mes phrases tellement à rallonge que moi-même je n’en vois que rarement le bout .

Et donc j’avais sérieusement envisagé d’abandonner un blog franchement pas au goût du jour : pas de vidéos, des textes très longs, plein de gros mots comme anachorète, myrmécéen, pleupleuter, zinzinuler. Des mots tellement gros qu’on croirait des inventions alors qu’ils existent vraiment, même si word me les souligne.

Mais que voulez-vous, la muse qui me bassine, c’est Rika Zaraï et elle ne l’entendait pas de cette oreille dans la ruelle borgne de mon esprit où mon surmoi en sous-vêtements l’avait encabanée.

C’est que les textes divers et variés s’accumulent quand même sur mon ordinateur. Peut-être pas des bons textes mais des textes sincères, spontanés. Je ne peux tout de même pas vous épargner des fulgurances telles que :

GAÏA préconise de laisser pendouiller vos valseuses le vendredi, non pas pour savoir, à l’instar de Visé ou de l’ineffable François Feldman, ce que deviennent ces fichues valses de Vienne, bordel à foutre queue, mais pour protester contre la castration des porcelets pour l’élevage. Conséquence : le lundi, les bourses chutent ! La débandade de l’économie n’est pas loin.

 

P8020072Et là, ça pendouille peut-être ?

 

Je me permets ici quelques petites remarques fort à propos quoique complètement éloignées du sujet. D’abord, c’est vrai quoi, que deviennent les valses de Vienne ? Et puis il ne faut pas confondre les valseuses viennoises avec les couilles de Jörg Haider. Et en plus si la tomme de Savoie a l’instar de Visé comment voulez-vous que le dernier tome d’Harry Pot de fleur casse trois pattes à un canard de Suez ? C’est logique non ? Non ?

D’accord, mais quand même. Depuis que je sais que notre roi des belges Albert II trompe paëlla avec Charlène Ingalls, je suis tout défoutu. Sans rire.

Mais laissons Charlène et revenons à nos moutons… Oui je sais. Mon humour n’est pas à bout de souffle, il est à perdre haleine, comme disait Woody quand il tenait le chandail alors que sa femme se tapait le fils de l’ébéniste.

Voilà, ça me reprend. Faut suivre et les gens ne suivent pas. Il faut connaitre les frasques du cinéaste avec la fille adoptive de sa femme, accepter le rapprochement foireux entre Woody, bois, ébéniste, savoir que les moutons ont en général mauvaise haleine et pas de plumes. Pire, si je vous dis que l’image de l’épouse d’Albert de Monaco m’assaille, vous me traiterez de Zulu, nom d’une vuvusella ! Et le pire, c’est la chandelle au milieu du champ d’ail.

P9100132Charlène au temps de l'apartheid...

 

Alors évidemment, une fois qu’on a posé ça… et croyez-moi, j’en suis fort aise parce que ça commençait à me faire un sacré poids sur la conscience. Une fois qu’on a lâché notre caisse donc, et qu’on compare cet humour écartelé entre le caca-pipi et l’intello torturé, au genre d’humour qui attire les foules sur les radios publiques, on n’est pas étonné d’avoir si peu d’auditeurs, surtout quand il s’agit d’écriture.

Oui, voilà, c’est ça. Je suis un humoriste maudit, incompris, de tous. En fait, je suis le seul à me trouver drôle. J’aurais du le comprendre depuis longtemps : alors que pendant des années je n’ai écrit que pour mes placards, jamais je ne les ai entendu grincer de rire.

D’où le fait que je sois dubitatif quant à l’aboutissement précoce de cette masturbation intellectuelle. Pourtant, avant les vacances, je voyais avec délectation mes audiences se dépasser les unes les autres dans une joyeuse course de relais dont les Borlée ‘s brothers n’auraient pas refusé de prendre le témoin. Mais en juin (y a plus de saisons), patatras, tout s’est tassé plus sûrement qu’une bourse mûre qui s’écrase comme un étron mou sur le pavé dur de l’inconscience des spéculateurs spoliateurs et fossoyeurs de nos rêves de monde meilleur.

Enfin, j’avais attiré l’attention polie d’un producteur radiophonique bien connu qui s’était même proposé de lire un de mes textes lors d’une émission humoristique cultissimale et pourtant infernale. Las et patatras, l’émission fut supprimée des antennes et remplacée par une autre où l’humour n’a plus voix au chapitre. Un complot vous dis-je.

Voilà. Ces longues lignes pour vous expliquer en définitive, que j’aime les tartines de pain blanc frais avec du beurre ET du Nutella. Comment ça, ça n’a rien à voir ? Non, mais dites-donc, je vous emmerde, moi. Non mais grossier personnage ! Et si vous me donnez du « surréalisme belge » à la con, je vous castre aussi sûrement qu’un porcelet.

Bon, et où veut-il en venir le Rustre ? Et bien c’est là le problème… Je ne sais plus trop, en fait…

Ah oui, et donc malgré le relatif manque de succès de mes écrits, malgré la galère, le bagne que constitue la bataille de la visibilité sur facebook et sur le net en général, j’ai décidé de continuer. N’oublions pas que Waterloo fut une grande victoire si on s’extrait du point de vue étroit et mesquin de nos voisins français. Et donc, en ce frileux mois de septembre qui présage d’un printemps qui à mon avis ne sera ni court ni joyeux, tant il est vrai que ô sanglochons des lionceaux de l’automne, et à votre plus grand regret, le Rustre revient d’entre les mots pour vous abêtir de calembours tellement boiteux qu’à côté de ça, Oscar Pistorius, c’est un kangourou. Ah, mais c’est un kangourou !

 

281

Kevin Borlée, qu'est-ce qu'il prend ? Et Oscar Pistorius, jambons ou pistons ? 

 

J’ai décidé de continuer, mais avec des changements drastiques.

D’abord, la quotidienne, c’est fini et bien fini. Dorénavant, jusqu’à ce que je change d’avis, le Rustre se sera le lundi et le mercredi.

Ensuite, la taille des textes sera sévèrement contrôlée afin de rester dans une fourchette 8-12 000 signes, espaces compris. Si ça c’est pas du drastique. La lecture d’un 12 000 signes, c’est 7 minutes. La compréhension, c’est autre chose.

Cela signifie que je vais de plus en plus travailler sur le mode du feuilleton. Je songe beaucoup à engager Pamela Anderson pour un feuilleton porno humoristique sur les vieilles liposucées.

Pour continuer, il y a des sujets qui vont disparaître, parce qu’ils m’emmerdent. Causer de pinard par exemple me gonfle sérieusement.

Enfin, parlons un peu du contenu du blog dans les prochaines semaines.

Et bien il y aura de tout et de rien. Surtout du n’importe quoi. Vous ferez la connaissance de Georges, pas très recommandable. J’ai réécrit aussi en version plus compacte les deux épisodes de la saga des chats et j’en ai ajouté deux inédits. J’en écris un supplémentaire pour le moment. Vous y ferez le plein de politiquement pas très correct, sanguinolent et légèrement gerbatif. Il y aura la suite des comptes rendu d’eurovision. Vous découvrirez qu’il y a pire que le pétomane. Nous irons régulièrement nous faire expliquer l’actualité chez Roger, au café de la Renaissance. Vous retrouverez aussi Cécile, héroïne de la Chapelle. Il lui en arrive de belles ! Et enfin, je vous raconterai mes vacances, en sandales ET chaussettes et en compagnie d’Henri Dès. Bon, c’est déjà pas mal.

On refait un essai jusqu’à Noël et si je ne suis pas riche et célèbre d’ici là, je me lance dans la politique. Boulettisme tendance sauce lapin, pas mal comme idéal non ?

8934 caractères espaces et titre compris. C’est-y pas beau ?

Je trouve. Surtout quand on pense à septembre qui non seulement a le toupet de ne faire que 30 jours mais en plus a lourdement inspiré l’horrible Gilbert Bécaud.

Aïe 9104.

Et… merci de me lire, lecteurs fidèles. C’était pour du rire. Sans rancune.

Caramba, 9193.

Partager cet article

Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Nectaire Tempion 17/09/2011 07:59



Godverbloem ! Ça ne me troue pas le cul car, chez moi, c'est de naissance. Mais je viens commenter. "Putain de bordel à cul de Satan de mes couilles" n'est pas blasphématoire, bien au contraire :
cet ange déchu qu'est le Malin ne mérite pas mieux. Monsieur le curé ne s'exprime pas autrement au caté.



le rustre 17/09/2011 10:38



Joli mon bon saint ! Mais le trouage de cul fait du bien aux constipés fort heureusement. A moi on me dit que le Malin (qui porte bien son nom, c'est dire s'il ne faut pas l'être pour entrer en
religion) était surtout un ange déçu par les couillonnades de son patron !






Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche