Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 08:25

« Faut pas être Saint Ture noire pour faire du Judo »

Le Grand Jojo, Vive les Saints.

 

 

Allez, mettez-moi ça en sourdine pendant la lecture. Vous aurez vraiment l'impression d'être dans un bistrot à la fin des années 80.

 

Amis et voisins, électriciens, électriques chiennes, mes chers compatriotes, les patriotes malins aussi, cher Olivier Maingain.

Alors évidemment, cet été, on peut difficilement faire l’impasse sur le massacre norvégien. C’est con hein, le jour même de l’attentat et de la fusillade, dans les premières heures dubitatives, mon cousin Roger et son pote Dédé, ils le savaient hein, que c’était un coup des musulmans ! Les barbus, ça a toujours quelque chose à se reprocher.

Non, sans rire, c’est vache. Le terrorisme musulman, ça nous facilitait la vie. C’est facile à reconnaitre, à stigmatiser et à fustiger un Musulman. C’est vachement plus confort pour te l’embarquer dans un charter vers les oubliettes de Cacaguano. C’est qu’avec ses airs suspects de franchement pas comme nous et même de carrément pas comme les autres non plus, il a une bonne tête de prétexte d’invasion le terroriste musulman.

Un petit blond tout propre sur lui avec ses p’tits polos de bourgeois de Wépion qui va à la messe le dimanche par contre… qui se méfierait ? Merde, avec Roger au café de la Renaissance, ils croyaient que terroriste ça prenait deux airs de barbe et de Nekhab, point c’est tout. Tout défoutus qu’ils étaient les mecs du bistrot.

Mais bon, il doit y avoir talon aiguille sous France Roche. Le Hans truc muche-là, ce doit être un abstinent ou un végétalien ou un truc comme ça. C’est pas un mec comme nous.

Un gars de chez nous qui descend sa chope, son ballon ou son jaune et qui s’enfile ses six saucisses piquantes, ses trois boulets maison et son dagobert à midi, ça te dézingue pas 60 personnes dans l’après-midi.

C’est pas les mecs qui te font une virée au Luxo pour acheter du pastaga et du péket chez Massen et qui te descendent une platée de palette fumée aux fèves sauce Roquefort au Keup avec un ou deux Picon-vin blanc à l’apéro et puis deux-trois « klench », des demi-litres, de Bofferding pour faire descendre le cochon fumé, qui se vautrent dans l’immolation aveugle et le génocide artisanal après. C’est juste des trucs d’excités de buveurs d’eau et de thé.

Mon cousin Roger est un grand théoricien de la psychologie abdomino-stomacale. Et je dois le dire, sa prose est souvent estomacante. Mais quelque part il a raison. Allez, vous voyez Michel Daerden au FN vous ?

Néanmoins, allez raconter ça à John de la Tourette Galliano, le mec qui défrise les moustaches d’Adolf dès qu’il a un verre dans le nez. Malheureusement, la preuve ultime de l’égalitarisme de l’humanité, c’est qu’il y a des cons partout, même chez les bons vivants. C’est trisssss hein monsieur !

Moi ça me conforte dans mes idées : A mes oreilles, le froufroutement des djellabas est plus doux que le martèlement du pas de l’oie.

 

P4260166

"Quand on arrive à l'extrémité des idées, on tombe dans le vide" allégorie du massacre norvégien par Anatole Legrain-Gallet (1830-1973). L'oeuvre nous dépeind les barbares fascistes assassinant la démocratie, représentée par un vieux dinosaure. Beaucoup d'Historiens de l'Art ont recherché, en vain, une gaufre allégorique qui serait cachée dans le tableau.

 

Et puis cet été, alors qu’il pleuvait de plus belle, le roi martela du poing sur la table (Ouah l’autre hé, l’enchaînement !). Le Roi fit donc vaciller la table. La fameuse table tellement tournante qui devait tellement tourner que ça allait tellement entrainer une révolution tellement copernicienne qu’on n’avait plus vu ça depuis Aristote.

Table tournante à laquelle depuis plus d’un an les grands mages des partis demandaient "Esprit es-tu là ?". Mais d’esprit, il n’y avait pas. Et personne ne se mettait autour de la table ronde qui était carrée pour voir Oui oui oui, pour voir non non non si l’accord est bon. Las, Arthur fait le camelot à la télé et Merlin s’en est allé meubler son ennui avec Leroy, ce qui enchante Tonton tapis, le génie des carpettes, (à ne pas confondre avec Ceaucescu qui était le génie des Carpates et qui n’avait pas de moustache).

Mais Albert, tout empourpré, tapa du poing sur la table et cria. Pas pour que Charlène revienne, ça c’est un autre Albert, Albert de mes deux bis. Et puis je l’ai déjà faite. Albert a crié, crié hé, pour que Bordel de merde, les partis se les bougent un peu, les parties, foert à la fin .

Enfin, il l’a pas dit comme ça Albèredeu. Mais l’effet fut fort. Alors les huit partis se mirent d’accord !

Enfin !

Après plus d’un an !

D’accord pour partir en vacances trois semaines en laissant l’élève Bart en rattrapage pour son cours de latin. C’est pour ça que Bart a latin pâle, parce qu’il n’a pas décroché la timbale.

En Belgique, on était content : c’était déjà une victoire. Finies les petites phrases assassines et rigolotes. On allait s’emmerder ferme.

Heureusement, à la fin de l’été, il y eut l’hospitalisation de Michel Daerden. Triste. J’ai compatis. Je lui ai envoyé des fleurs. Six roses. Mais attention, j’ai compatis, soit, mais pourtant on dit toujours que ce sont les meilleurs qui pâtissent en premier.

Le public se rabattit donc sur la fin lente de Khadafi. Et oui, c’est la fin lente de Khadafi, et il aura beau sortir des petits lapons de son chapeau magique, il a perdu les rennes du pouvoir. Sauf qu’évidemment depuis, il a disparu justement. Il est entré dans un de ses beaux chapeaux et abricot des bras, il est parti. Est-il sur l’île avec Gilbert Bicot et Michael Klaxon ? Mais ne nous moquons pas, le chômage est un fléau. Et il lui en faudra des entrevues d’orientation et des formations formatives pour retrouver un boulot à Mouammar. Décidément, c’est la crise pour les dictateurs. J’en profite d’ailleurs pour vous montrer une fois encore, la fiche signalétique de l’individu.

Hara%20Kiri%20num%20162

 

Et puis, toujours aussi évidemment, il y eut le dénouement de la saga Strauss-Khan, la terreur des Sofitel, le faune priapique, le fléau de ces dames, le gourdin socialiste. On a bien fait de largement lui accorder la présomption d’innocence à celui-là. La preuve on a abandonné les charges, alors même que le problème résidait justement dans le fait qu’il y avait eu décharge (très fraiche, celle-là, j’avoue). Même si Gaïa va gueuler, moi je dis que castrer les porcelets pour éviter l’odeur de verrat, c’est pas si mal.

Et donc la morale de cette histoire, c’est que "Dominique, nique, nique, s’en allait tout simplement, routier, pas si pauvre, en chantant". Moi je dis qu’on lui en a fait assez baver à ce pauvre homme. Déjà aculé hâtivement par la soubrette, le voici encore accusé par Tristane, bah non alors !

Nénesse n’a pas tout compris de l’affaire DSK. Il est persuadé que DSK est poursuivi pour maltraitance envers les animaux et zoophilie. Il croit à une sombre affaire de triste âne et d’ânon. Quelle mule le Nénesse !

N’empêche qu’il saute soubrette, Sinclair et on voudrait qu’il soit un Saint ? Je dis que si mon Templar, genre Into the Dany Wilde, il ne faut pas s’étonner d’être aux sévices sucrés de sa majesté. Mais ça, c’est la Moore, comme dirait Roger avant d’ajouter amicalement : "à la vôtre".

Colas l’a dit qu’il trouvait ça étrange. Voyez-vous cet homme de pouvoir, promis aux plus hautes fonctions, fortuné au point d’avoir le loisir d’assouvir ses penchants les plus vils avec d’accortes autant que callipyges professionnelles tarifées à la fois compétentes et discrètes, se commettre dans une coucherie sordide au hasard d’une rencontre fortuite avec une femme de chambre finalement assez quelconque encore que ce soit là matière de goûts et de couleurs dont il ne faut pas discuter du bienfondé ?

Je dois à la vérité que Colas n’a pas présenté les choses de cette manière. Lui il a dit : Putain, le DSK c’est une bite sur pattes. Il pense avec sa queue. Le mec peut pas s’empêcher de quetter tout ce qui bouge, gros pourcê. Y verrait un chien avec un chapeau, il se le ferait encore. Quand je pense que ce gars là peut se payer les plus jolies carrosseries du monde et il saute le premier boudin qui passe. Et ça veut être président…. Hé bé… Remets moi une chope va Roger.

Vous avouerez que ma manière de présenter les choses est plus élégante…

 

P8020072

Bon, quand on le voit nu évidemment, on comprend les femmes. C'est qu'il est bien fourni l'animal...

 

Mais bien entendu, l’épée de dame aux caisses qui a plané sur l’Europe tel l’Hindenburg en flammes surgissant de nulle part tel un aigle noir, c’est le spectre du bardaf de la braderie économique. C’est que, je me tue à vous le dire, les bourses vont mal. Pas celles de DSK évidemment. Elles, elles se portent à vermeil, comme la carte. Fier comme l’obélisque, il monte Lagarde, le faune lubrique.

Non palsambleu ! Regardez donc les émeutes anglaises, les indignés espagnols, les insaturés de Grèce… L’Europe s’effondre mes amis. Notez qu’en Grèce, question ruines, ils ont l’habitude. C’est même un fond de commerce chez ces gens-là. L’Italie vacille. La Belgique dérive. L’Angleterre se soulève. La France râle (oui mais ça, bon, c’est un peu comme dire que le soleil se lève à l’est…). La Grèce s’effrite. L’Andalouse s’indigne. Le cornet à plus de deux euros tout de même ! C’est un signe de la fin du monde ça, madame. La prophétie de Maya l’abeille me semble inéluctable. Ca va être dur de l’élucter.

Et puis l’été se prolongea par le mois de septembre. Et oui, c’est en septembre chantait l’insupportable Gilbert Bécaud. Oui, celui-là même qui chantait les irritants tubes de "l’orange" et de "Nathalie". C’est en septembre que les feuilletons de l’été se dénouent. Que les BHV sont scindés, que les DSK sont blanchis, que les HIV sont toujours trop transmis, que les WTC effondrés soufflent des bougies, que la NVA défile avec le VB, le TAC, la SS, et toute la clique nazillonne flamoutche, que les ObCDE se mettent à nu.

Yves met le terme à sa carrière politique belge et part à l’OCDE. Enfin, Yves Leterme a trouvé les fameuses cinq minutes de courage politique qui lui manquaient pour s’avouer qu’il était incompétent dans son rôle de premier sinistre. L’OCDE n’a qu’à bien se tenir. Tiens quand ça va à l’étranger, ça descend dans quelle chaîne d’hôtel les gens de l’OCDE. Pas des sofitels au moins ? C’est quoi l’hymne national de l’OCDE ? Money for nothing and the chicks for free ? Ah non, ça c’est le FMI.

Enfin septembre, ce n’est pas encore tout à fait l’été, ce sera donc pour un prochain épisode.

Et en plus, avant-hier soir, François de Brigode annonçait officiellement, chiffres à la pluie, que l’été avait bien été pourri, au-delà des conversations de café du commerce disait-il… Ben merde alors… Hé Roger, Nénesse, Colas… vous n’aviez pas remarqué que le petit péteux du 19h30 de la RTBF là, il était passé pendre un pot lundi ?

Dans ces conditions de crise économique, vous ne serez pas surpris de constater que l’été ne pourra en aucun cas prolonger son contrat au-delà du 21 septembre. Mais que fait donc, foert zut, le gouvernement ?

Partager cet article

Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche