Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 10:29

 

 

C’est le moment des primeurs bordelais. Alors ça s’excite dans les chaumières. Enfin dans les chaumières... Derrière les grilles, dans la tête des gourous, chez les wine-bloggers et dans les forums viniques certainement. Les marronniers fleurissent entre les « prix scandaleux », les grands crus classés, les supputations de tout poil sur la qualité de 2009, le rappel que, pendant ce temps là, les petits producteurs crèvent, dorment dans des caravanes, voire arrachent leurs ceps.

 

Moi, pendant ce temps là (enfin la semaine dernière pour être plus précis), je lorgnais ma terrasse baignée de soleil. Je regardais le thermomètre tout en ne comprenant pas ce que je lisais.

Quoi 20°c ? J’avais oublié qu’une température, ça pouvait dépasser le zéro.

Et puis il y avait cette petite côte de Blaye de 2000 qui me narguait depuis longtemps dans la cave.

Et puis aussi il y avait une grosse envie de carpaccio…

Alors j’ai préparé le carpaccio, j’ai débouché la bouteille. J’ai goûté. Mes yeux me sont sortis de la tête. Je les ai ramassé et j'ai un peu lavé celui qui était tombé dans la poussière. Y a d'la truffe dans ce vin ! J’ai pris de l’huile d’olive aromatisée à la truffe pour en humecter assez généreusement le bœuf cru.

Et j’ai même pas pris de photos, parce que le soleil était bon sur ma peau et que ça me foutait une de ces flemmes. Un de ces moments où le vin, la nourriture et le soleil se donnent la main, se serrent les coudes pour te prendre et te bercer mollement.

 

Premières côtes de Blaye

Château de la Martellerie  Cuvée fût de Chêne 2000

GAEC Lardière : le site

Acheté sur le salon de Seclin (Lille) pour 7,8 euros.        

 

C’est beau ! Robe très profonde, opaque, d'un rouge cerise à nuances un peu orangées.

 

Ca embaume à Venise ! A l'ouverture, expressif sur la truffe et des fruits noirs mûrs. Cette truffe est évidente, envoûtante. Il y a aussi des épices, de la myrte. C'est plus que classe, c'est grand.             

 

Ca te tourbillonne les papilles ! Là aussi, superbe truffe à l'ouverture, qui diminue dans les heures qui suivent au profit d'un fruité mûr. La matière est légère, fluide mais ca n'empêche pas le  vin d'être savoureux. Tout y est fondu et harmonieux : rondeur et fraicheur, les tanins, hyper fins, perceptibles sans être là (mais bon, un peu plus de gras ne leur ferait pas de mal). La finale reprend la truffe pendant 15 secondes.

 

Et ça continue encore et encore ! En 24 heures, les arômes de truffes diminuent et tournent au simple, mais savoureux champignon. Le fruit se précise avec du cassis et de la cerise. Après 48 heures, le nez s'atténue, devient modéré, plus simple avec des notes de sous-bois. Cela reste élégant. La finale devient un peu simple et courte.      

 

Ca me botte sur au moins sept lieues ! Dans l'absolu, un très bon vin. Eu égard à son prix, un vin grandiose, soyeux et gourmand…

 

Et avec ça ? De fines tranches de bœuf de chez mon boucher, goûteuses et fondantes, un vinaigre balsamique di Modena en spray pour bien mouiller la viande, de gros copeaux (j’insiste sur le gros) d’un bon  parmesan ayant sué et cristallisé, des champipi, des blancs et de ces bruns qu’on trouve au rayon frais du colruyt, quelques cristaux de fleur de sel made in small brittania, et bien sûr de l’huile d’olive (italienne) où nagent quelques copeaux de truffe. Avec ça un bon morceau de pain moelleux et quelques feuilles de mâche. Quelques minutes de préparation, une petite heure de frigo. Et puis… fiouuuu, l'envol ! Et t'as encore des barakis qui achètent des plats préparés parce que ça va vite !

 

Et voilà ! Que de plaisir, avec le vin d'un propriétaire inconnu sur les grands sentiers du connu, découvert sur un salon. Alors oui, le 2003 après avoir été très démonstratif retombe un peu. 2004 était assez rêche, je trouve. 2001 était excellent. Pas du grand vin chaque année, mais l’illustration de deux principounets de base que j’essaie de défendre sur ce blogounet :

1.  C’est en goûtant qu’on devient goutte-rond. Allez vers les propriétés inconnues, surtout dans les bons millésimes. Prenez la peine d’essayer. Et suivez vos envies. Bien sûr, il y aura des déceptions mais aussi, parfois, de surprises qui les rachètent au centuple.

2.  Bordeaux ne se résume pas à de grandes propriétés hyper-médiatisées. Les perles il y en a tout au long du collier qu’est le vignoble de France.

 

Excellente fête de Pâques mes gens. Traquez l'oeuf, l'agneau et les cloches. Je me retire pour une semaine en mes terres lointaines.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche