Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 07:57

 

L’essaim des Saints.

 

Saint Christian, mouais. MAIS, Aujourd’hui Saint Principin campe dessus. Saint Péreuse a la pétoche et moi, je reprendrai bien un peu de Saint Livin. Et Sainte Nathalène, de mouton, puait du bec.

 

"A la Sainte Nathalène, le vent souffle comme vache qui pisse à en perdre ta petite laine."

Proverbe letton.

 

L’aigreur du jour: La langue à Vondel.

 

Il y a des jours où je me tords le clavier pour en faire sortir quelque chose. Et puis il y en d’autres où l’actualité me souffle cent sujets. Oui cher lecteur, au cas où tes moyens intellectuels, faibles puisque tu me lis, ne t’auraient pas permis de le subodorer, j’essaie plus ou moins de coller à l’actualité dans cette rubrique quotidienne. Bon, bref. Que je ne t’y reprenne plus !

Et donc en ce 12 novembre, l’actualité souffle et le vent aussi. Enfin hier, pendant la nuit et encore ce matin. Mais en même temps, hier c’était l’armistice de la Grande et j’ai donc pondu un billet sur Saint Martin puisque le 11, c’était la fête de ce grand Saint des amateurs de traditionalisme roboratif (vous savez qui m’a appris le mot roboratif ? C’est pompon dans la classe ! Ah Civilisation !). Mais demain, le vendredi 13 tombe un samedi. Ca valait bien un billet aussi.

Et donc, logiquement, nous n’évoquerons que Dimanche 14 la guerre de 14. Comment ça vous décrochez ? Pffff… à force de regarder Secret Story plutôt qu’ARTE…

Bon, et donc comme le vent souffle fort, j’évoquerai aujourd’hui la côte belge battue par les vents et demain le vendredi 13. Ah… je m’arrête un instant, le téléphone sonne.

Bon, désolé, c’était Eric Van Rompuy. Vous savez, le frère du poète Nippo-fonctionnaire européen. Mais oui cet homme affable, comme Philippe Lafontaine, un petit type nippon ni mauvais qui se fait traiter de serpillière sans broncher !

Son frangin Eric, par contre, n’a ni une tête de poète ni une bouille de comique troupier. Et s’il y a bien un truc qu’il ne supporte pas, Eric, ce sont les traits d’esprit ciblant la côte belge. Déjà que lui, si tu appelles ça autrement que Vlaamse kust, il te pond un gros caca nerveux…

Le regretté humoriste belge, Philippe Geluck, en sait quelque chose. Lui qui, pour une fois, était revenu d’entre les Français sur un plateau de télé belge, n’a pas raté son retour.

"Non mais, me disait Eric au téléphone il y a cinq minutes, que ce grandiveux fransquilloniste moque les handicapés, les furonculosés et les Tamouls protestant unijambistes est une chose, qu’il la ramène à propos de la Vlaamse kust en est une autre, inadmissible au wooncode, allez hein fieu !"

Eric , au téléphone, me postillonnait de rage dans l’oreille, tellement que j’en suis encore à m’appliquer un sèche-cheveux dans le conduit. (Attention les enfants, c’est une image. N’essayez pas ça chez vous).

Le monsieur véhément me menaçait carrément d’un procès si j’évoquais ici mes souvenirs venteux de côte belge. Prout alors, là où l’esprit caustique serait une si élégante réponse, le con de base pense justice. Déjà que d’après lui, j’aurais une légère tendance à me foutre de la langue de Vondel.

Alors là, je dis stop. Déjà que moi, Joost (ça quand tu t'appelles Joost Van de Vondel, t'es pas de Marseille), je ne sais pas trop ce qu’il a écrit, ce traitre de converti. Et puis c’est une expression à la con aussi débile que "langue de Molière". La langue de Molière. Bon d’accord, ce n’est peut-être pas tout à fait la même que celle de Michael Youn, ou dans un autre registre que celle de Marine Le Pen, mais bon, c’est du français, hein.

Je n’ai pas plus de raisons de me gausser de la langue de Vondel que de celle d’Axelle Red, fort jolie d’ailleurs ou de celle d’Arno, fort rocailleuse par ailleurs, comme la mélodie du ressac sur une grève venteuse d’Ecosse. Pas plus que des langues de Scala ou de Laïs, si harmonieuses ou encore de la langue, fort capable elle aussi, de Geike Arnaert d’Hooverphonic.

Ces langues si poétiques et douces à l’oreille n’ont rien à voir avec la vôtre, M. Van Rompuy, pas plus qu’avec celles de vos collègues politiques. Cette langue là est bien trop chargée de lieux communs, de mensonges commodes, de raccourcis historiques, d’égoïsme électoral et de balivernes partisanes. Cette langue-là et ses locuteurs, mon bon Monsieur, je les conchie allègrement.

Mais au final, vil censeur réfrigérant, vous atteignez votre but : me museler au sujet de la côte belge. La place que j’impartis fermement à ces rubriques quotidiennes étant largement dépassée.

Je ne parlerai donc pas aujourd’hui de cet horrible cordon d’immeubles miteux ou criards que vous avez eu l’outrecuidance de noyer sous la marée de votre flamingantisme primaire.

On y reviendra mardi, en espérant qu’il y ait encore du vent pour rester dans un souci d’actualité, sinon tant pis (suivez un peu merde !). Mais n’ayez crainte, vu votre totale absence d’humour, il est à parier que vous bisquiez encore demain avec l’armistice, dimanche avec le vendredi 13 qui tombe un samedi à moins que je n’écrive le billet du dimanche le samedi et vice versa. Et lundi bisque repetita, mon bon Homard : c’est la fête du Roi des Belges. Fourons Wallons !

 

Et c’est pas pour faire rien qu’à dire, mais vu le temps qu’il fait, j’ai bien l’impression que les Ides de mars sont remises aux calendes grecques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cigalette 12/11/2010 12:21



ah encore une fois bravo, j'adore, merci bonne journée



Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche