Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 12:51

 

Très édifiante et fort vénérable

Encyclopédie

Picrocholine du micro savoir.

Très richement illustrée de gravures d'époque.

 

Par le Très Estimé

Professeur Nicodème Abélard Leruth de la Motte de la Tichauvent

(Nico le Tich pour les intimes mais il y en a peu)

 

 

Avertissement : Cet article a été lu et censuré par Maître Leboutte de la Ligue des Bien-Pensants et des Mal-Comprenants (LBPMC) qui n'y a rien trouvé de grossier, vulgaire, offensant ou discriminant. La ligue a cependant inséré quelques notes de bas de pages à l'intention des mal-comprenants. Merci la Ligue !

Et comme d'habitude en introduction un extrait d'oeuvre poétique majeure du patrimoine francophone !

 

« Je m’appelle Emilie Jolie,

Je voudrais réussir ma vie

Être aimée, gagner de l’argente

Puis surtout être intelligente »

Eric-Emmanuelle Six

 

Chères lectrices, chers lecteurs, cher Hannibal, messieurs les représentants du bareau, messieurs les limiers et toi, mon petit François1.

J’ose augurer de l’acuité de vos consciences quant à deux faits indubitables inhérents à nos sociétés modernes.

1.      L’Ennemi2 est parmi nous

2.      L’Ennemi est partout.

Indubitable, vous-dis-je. Je voudrais bien, dès lors que vous osiez, ne serait-ce qu’une seconde, le dubiter, pour voir. T’oses pas, hein !

L’Ennemi est partout et corolairement, n’en doutez point, l’Ennemi est barbu. Et s’il se rase, l’Ennemi reste barbu à l’intérieur. Quand bien même il n’aurait plus un poil sur le caillou, par-dessus, par-dessous, il reste incommensurablement barbu, au plus profond de la noirceur inimitieuse de son âme torturée.

Un barbu, c’est très connu, ça a toujours quelque chose à cacher. C’est veule et sournois un barbu. De mémoire d’homme, tous les barbus connus ont toujours été des êtres peu recommandables. Et des exemples, j’en ai à foison. 

 

zztop1

Justine Henin et Cécile de France lors d’un concert caritatif en faveur du Cercle Scalaglobuphilique3 des femmes à barbe orthodoxes gauchères de Malte. Si on ne voit pas les barbes habilement dissimulées sur cette image, on reconnaitra malgré tout que Justine et Cécile portent de beaux chapeaux. Don de l’Institut Bosniaque pour la Promotion du Malt Torréfié dans la Bière Blanche.

 

Fidel castro, un des derniers tyrans de la clique rouge qui pourtant, c’est étonnant, aime aussi ses enfants, c’est tout de même bien un barbu, non ?

Raspoutine, le sinistre moine lubrique à la fausse poitrine d’une opulence risible… Pensez-donc, il portait des bonnets M. Un barbu !

Saint Nicolas, ce sinistre cureton qui fricote avec les enfants et ses suspects « Pierrots noirs », douteux amalgames aux relents colonialistes entre un Gilles de Binche et l’Oncle Tom… barbu non ?

Véronique Samson, chanteuse interlope qui nous conseille de visiter le Paradis Blanc, celui des lignes de poudreuse chères à un ex-présentateur vedette et chauffeur de bus français.

Bien d’autres encore, plus séditieux, fuyants, comploteurs, spoliateurs et barbus les uns que les autres : l’Abbé pierre, Mussolini, Zaz, Lady Gaga, François Hollande, Justine Henin. Des barbus vous dis-je !

  

P4260166 

« Le barbu se rebiffe », estampe norvégienne sur papyrus de Monseigneur Léopard, artiste à taches, 1478. Don du musée vivant de la couenne de porc aux endives de Féroncle-sur-Pus.

 

Cependant, sans conteste, le plus terrifiant, le plus inique, le plus vilain des méchants barbus reste Oussama Ben Laden, dont l’ombre pileuse fait trembler l’occident depuis près de 20 ans.

Ben Laden, qui bien entendu, tout seul comme un véhément barbu, a créé, inspiré, armé toute une armée de barbus et de barbues, Al Qaïda ! Et n’ayons pas peur des généralisations sottes et abusives, en fervents défenseurs de l’intégration que nous sommes, derrière Al Qaïda se tiennent en rangs serrés tout les Islamistes du monde entier, certainement que oui si on vous le dit, et même l’Islam tout court, les Musulmans carrément ! Tous ! Des barbus vous dis-je ! Ne les entendez vous pas venir jusque dans nos bras ?

De la juste méfiance envers la capilarité débordante à l’Islamophobie, il n’y a qu’un pas et croyez-moi, je ne suis pas le premier abruti à le franchir.

Pensons donc à tous ces barbus qui nous spolient et tentent de nous imposer leur religion, même pas foutus d’avoir l’air moins barbus pour s’intégrer et trouver du boulot. Ils appellent ça du racisme alors qu’il ne s’agit que de la timidité légitime propre à nos mœurs raffinées.

Ben Laden, cela ne vous aura pas échappé, est un barbu. Moins barbu que Marine Le Pen, mais barbu quand même.

Avec ses sbires pileux, il s’est infiltré partout et a coulé sur le monde civilisé (c’est-à-dire nous, si cela vous avait échappé) une chape de terreur. On connait l’implication des barbus dans les attentats de New-York, Londres, Madrid, leurs crimes odieux lors des croisades de l’Oncle Bush, ces salauds ayant eu le toupet de se défendre et de riposter plutôt que de se laisser démocratiser bien gentiment.

Ce qu’on connait moins, c’est l’implication directe, écrasante, définitive de Ben Laden, des barbus, de l’Islam dans les plaies, qui telles celles d’Egypte (coïncidence d’origine géographique troublante, on ne parle jamais des plaies de Rouen ou de Namur), sapent les fondements de notre civilisation qui finit par l’avoir dans le cul. Et là aussi je possède des exemples à toison, comme disait Demys Roussos devenu V.R.P. en moquette synthétique.

L’explosion du volcan Islandais en 2010 ? Les barbus évidemment !

Fukushima ? Les pileux pardi !

Le réchauffement climatique ? L’Ennemi !

The Voice ? Les barbus encore. La preuve en est, erreur stratégique majeure, que dans la version TF1 de l’émission, il y en avait un dans le jury, aux airs méphistophélétiques et fort jolie d’ailleurs, cette Jennifer.

La chute des bourses ? Les barbus !

L’affaire DSK ? Les barbus !

Standard et Poors ? Les barbus !

Le Titanic ? Je vous le donne en mille ! Vicieux en plus, le type s’était donné un pseudo juif pour les faire accuser ! Iceberg qu’il s’appelait !

Le dernier album de David Guetta ? Hé oui… les barbus !

Partout ! A la messe le dimanche, le type sur une croix qui regarde le type en djellabah qui récite son omélie ? Un barbu !

Ils font tout pour hâter la perte de notre civilisation. Infiltrés, lovés autour des rouages de notre société, complotant, ourdissant et pas seulement dans le bâtiment4. Ils viennent jusque dans nos bras, vous dis-je ! Cachés lorsqu’il le faut ! Ils se rasent ! Après les crypto gauchistes, voici les crypto barbus. Saint Gilette priez pour nous !

Partout, dans tous les coups fourrés ! Comment expliquer sinon l’érosion de nos valeurs, la perte de nos âmes ?

Comment est-on passé de Brel à « Alors on danse » ?

De Benny B à Justin Bieber ?

De Gilbert Bécaud à Benjamin Biollet ?

De Piaf à Zaz ?

De Coluche à Dieudonné ?

Les barbus, simplement.

Quand il pleut pendant tout votre week-end ? Bien sûr que oui ! Eux !

 

P4260166 

« Bouttons dehors, Bouton d’or » fusain sur feuille de thé de Jean-Pascal Lacoste. Allégorie sur le thème des croisades, l’Islam pourfendant le vilain chevalier occidental. Sur la gauche, notez la présence de Justine Henin, barbu très connu avec sa grosse raquette. Don du Centre laïque pour l’égalité du jour et de la nuit de Boussu-en-Fagne.  

 

Tout petit, le barbu, alors qu’il n’est pas encore barbu, est envoyé dans le désert dans un camp à barbus pour devenir un barbu. Là-bas, Monsieur Ben Laden, Barbu de tous les barbus, lui apprend les Sourates selon Kalachnikov, le maniement de la grenade et la haine de l’occidental. Au bout de dix ans d’entrainement, le barbu est devenu un barbu. Décidément, les barbus sont longs à la détente, à défaut de l’être de la gachette. Dix années dans un camp à chier des briques dans le désert pour comprendre que la civilisation occidentale est corrompue et décadente… Tu allumes la télé sur TF1 et après dix minutes de Secret Story, tu l’as pigé, toi, que l’occident est sur la pente savonneuse de la décrépitude morale !

Cependant, le sol rocailleux du désert est fertile pour le barbu qui de graine devient arbre de colère et de vengeance aux branches qui dans l’azur touchent de leurs bourgeons l’âme du Très-Haut qu’en plus il est Très Grand. Le barbu est un arbre dont le fruit est la grenade. La grenade pousse sur une ceinture que porte le barbu. Quand il est mûr, le barbu aime à se faire exploser au milieu des foules innocentes, répandant ainsi sa colère, la parole divine et aussi pas mal de jus. C’est logique. On nous le dit dans toute la presse féminine et les magazines santé : le jus de grenade c’est anti-occident5 !

Et après, on vous parlera d’un problème d’intégration. Si on pouvait déjà régler celui de la désintégration, ce serait bien.

 

montage benny 

« Le Barbu est prêt à tous les subterfuges, même les plus subtils pour parvenir jusque dans nos bras. » Montage photo saisissant de réalisme d’Abdul Pohlâ, élagueur-chapiste, 1918. Don de la Confrérie des Femmes salafistes voilées de la Grand-Roue de la Foire du Midi.

 

Analysons à présent la philosophie qui sous-tend le comportement du barbu.

Le barbu est fortement imprégné de religion, de religion monothéiste6 qui plus est, ce qui de mémoire d’homme, n’a jamais porté à la gaudriole légère ni au gambadage primesautier. Le monothéiste est un gars généralement monomaniaque et atrabilaire. Tout entier, il se consacre à la vénération, à l’amour de son Dieu et au prosélytisme salvateur auprès des âmes égarées tout en maugréant rageusement quant à la folle insouciance des incroyants. Enfin, tout entier… un peu moins après l’utilisation de la susdite grenade évidemment.

Il existe essentiellement trois grandes religions monothéistes, dites révélées, parce que Dieu est venu, a expliqué ce qu’il fallait dire, faire, penser et qu’après tu fermes ta gueule. Il s’agit du Judaïsme, du christianisme et de l’Islam.

La quatrième, qui vénère Bouddha, n’est pas vraiment une religion, ses relevants étant trop tolérants pour ça.

Pour chaque religion, les tenants des deux autres sont des infidèles, des incroyants, des sauvages à peine pourvus d’une âme. Ils ne méritent que la conversion de force, le bûcher ou la hache. Les trois grandes religions monothéistes font montre dans le domaine de l’intolérance imbécile et de l’obstination obtuse d’une communauté de pensée qui force le respect. C’est tout de même beau l’universalité humaine.

Chaque religion soutient mordicus que c’est son Dieu qui est le bon et pas celui des autres. L’observateur attentif se rit déjà de cette intolérance car il aura compris que les trois grands créateurs des trois religions, à savoir Yavhé, Dieu et Allah, sont en fait le même mec. Cela sautera aux yeux du premier imbécile athée venu : si Dieu est unique, il est unique. Il ne peut y avoir trois Dieux uniques. Ou alors ce n’est plus un panthéon mais une république bananière. Cela dit, j’en conviens, un panthéon d’un seul Dieu, c’est facile à énumérer mais un peu chiant quand même. Un panthéon monothéiste, c’est un peu un One-god chaud !

Si on s’en réfère aux écritures, il n’y a effectivement qu’un Dieu et la B.D. qui raconte ses aventures commence de la même façon pour les trois religions : Adam, Eve la salope, Moïse, Abraham, toute la clique. Une clique essentiellement masculine, les femmes étant dans l’histoire soit des grognasses soit des greluches, un peu comme dans les aventures de Tintin. C’est là un des nombreux points communs des trois religions, le caractère à peine humain qu’on accorde à la femme. Comme quoi, il n’y a pas que du mauvais dans la religion.

Le problème ne vient pas de la saga de base, la bible, mais des franchises. Les chrétiens font grand cas de la série dérivée, le Nouveau Testament, qui met en scène Jésus, une sorte de beatnik avant l’heure. Les Musulmans, eux, ne jurent que par le Coran, récit des tribulations désertiques d’un certain Mahomet.

 

P4300026 

« Sur le Mont Sinaï, Moïse révèle la Vérité au Peuple ébahi ». Vu sa posture, on se demande quand même s’il ne se fout pas de la gueule du monde. Gouache au pili-pili sur velin, Edouard Mitchell, danseur crépusculaire de boogie-woogie, 1487. Don du Centre d’Art contemporain et de recyclage des déchets de Marcinelle-sur-Pacifique.

 

L’esprit affuté pourra bien déceler quelques différences subtiles à propos de broutilles protocolaires : ce qu’on peut manger ou boire ou pas, c’est qui le chef de bande, quand on fait la fête et qu’on a congé, le nom qu’on donne au prêtre : Rabbin, Imam, Curé, mon chéri ou grosse biloute.

On peut également relever quelques divergences eschatologiques7 (non ce n’est pas sale) mineures mais de fond. Par exemple, si l’attitude des chrétiens (les derniers, les vrais, les fondamentalistes) et des musulmans devant le destin est assez similaire, plutôt fataliste du style « c’était écrit », le chrétien est fondamentalement pessimiste alors que le musulman est optimiste8. En effet, pour le premier, le pire est à venir, le jugement dernier, alors que pour le second, l’Épire c’est du passé. En 622 en fait9. Je me demande quand même si je ne confonds pas Médine et Macédoine, moi. Quelle salade ! 

Une remarque, si vous le voulez bien. Si le jour de l’Armageddon, nous mourrons tous pour renaître et nous asseoir sur un banc à la droite du père, formulons l’espoir que ce dernier n’ait pas profité de soldes estivales chez ALDI pour acheter le susdit banc, car nous risquerions de nous retrouver le cul à terre, maudissant la piètre qualité de la main d’œuvre coréenne. Mais suis-je sot, seuls les justes seront appelés, ce qui réduit quand même vachement le nombre de culs sur le banc.

Cependant, sur l’essentiel, les trois religions sont d’accord : les curés mettent des robes et ont l’air de grosses fiottes, on coupe un morceau à celui qui n’est pas comme nous, les femmes n’ont pas d’âme et devraient fermer leur gueule quand on s’essuie les pieds sur leur dos.

On conçoit ici toute la crétinerie sordide de ces cons, croyant dans le même Dieu avec la même intolérance rigide, avec les mêmes règles de fainéantise (que ce soit le vendredi, le samedi ou le dimanche, il y a quand même un jour de la semaine où ils foutent rien, gauchistes !), avec la même foi béate en l’immaculée infaillibilité du Très-Haut, créateur de toute chose visible ou invisible. Mais quels cons ! Dieu, cet amateur de havanes, m’en fume le cigare à moustaches !

Tout cela alors même qu’ils ont sous les yeux la réalité pouilleuse, sans pitié et sans logique d’un monde de merde ! Tout cela alors même que le Très-Haut, cet idiot, a oublié d’expliquer aux franchisés des trois dogmes qu’ils bossaient tous pour la même crèmerie en fait et qu’il ne servait pas à grand-chose dès lors de se taper sur la gueule !

A moins que le Très-Haut soit un peu vicieux… C’est une option que je ne peux rejeter en toute bonne foi.

Le pire, c’est que les zélateurs des trois obédiences vous soutiendront avec enthousiasme que leur religion est Amour, Ouverture et Tolérance. On a tout de même du mal à le croire lorque l’on songe à l’inquisition, au 11 septembre, à la Palestine ou à Mgr Léonard. Mais enfin, s’ils le disent…

Quand on croit fermement à un Dieu, une Vérité inaltérable et indiscutable, une Révélation, quand on s’offre le luxe pour toute solution à ses plus profonds questionnements existentiels de se contenter de suivre un livre, une recette où tout est déjà écrit et qu’il suffit d’appliquer plutôt que d’affronter le doute, la peur de l’inconnu, comment voulez-vous rester ouverts aux autres et à la diversité ?

Tels sont donc les terribles barbus et leur chef Ben Laden, des monothéistes, à la menthe généralement. Comment voudriez-vous dès lors qu’on n’effraya (Van den Bosch) pas légitimemement pendant des années le quidam d’occident dans sa chaumière en agitant dans l’ombre la silhouette inquiétante et pileuse du maître du terrorisme ? Déjà que quand on lui raconte, le quidam occidental, que les mecs au tour de France ils se tapent les cols sans rien prendre, il le croit ce con ! Alors, Ben Laden Grand Maître des Vilains… Et comment reprocher à l’Oncle sam d’avoir scénarisé le terrassement de la bête à la manière d’un Rambo flamboyant ?

En attendant de passer à côté de cette question primordiale, je voudrais quand même vous signaler que les hideux de mars risquent bien d’être trois cette année !

 

(1)   Il s’agit bien entendu de François Villon, seul François connu méritant qu’on l’admire selon l’auteur. Nous, à la LBPMC, on ne comprend pas, on aime bien Frédéric François aussi !

(2)   On remarquera le e majuscule. C’est vous dire si vous pouvez avoir les choquotes !

(3)   Scalaglobulophilie : Il semblerait que certains désaxés collectionnent les boules de rampes d’escaliers. Bon c’est mieux que les rampes dans leur entièreté… Et on peut se réjouir qu’il s’agisse de boules…

(4)   Voilà bien le type d’humour cher à l’auteur qui traduit sa simplicité profonde. Ourdir, un hourdis… Vous verrez qu’il finira par nous sortir un ourdi, nateur ou la bénédiction hourdis et orbite… Quant à l’hourdination des prêtres, laisse bêton !

(5)   Voilà. Tout ça pour ça. Toute cette métaphore sur l’arbre, le désert, les fruits pour en arriver à un bête jeu de mots abusant de l’homophonie entre oxydant et occident. Quant au double sens de « grenade », soyons simplement heureux que l’auteur n’en profite pas pour nous parler de ses couilles…

(6)   Monothéiste : du Greco-belge mono, une fois et Théos, le thé. Personne qui ne prend le thé qu’une fois par jour. A opposer au polythéiste qui est généralement anglais et qui ne cesse au long du jour de se taper des cups of tea avec du chocolat à la menthe en exhibant ses incisives prohéminentes et sa vilaine peau de roux.

(7)   Eschatologique ? : si ça parle de caca, oui.

(8)   Nous vous conseillons de vous accrocher fermement aux écoutilles pour le jeu de mot qui va suivre.

(9)   On vous avait prévenu ! C'est pire que tout. Il prend la religion à la l'Hégire.

Partager cet article

Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche