Jeudi 24 février 4 24 /02 /Fév 08:28

 

En ce jeudi, l'almanach rustique reçoit la Sainte Lumière du professeur de la Tichauvent...

 

L’essaim des saints

Sainte Adèle. Sans commentaires, pour m'en tenir à une stricte bienséance. Ban-ban-ban. Non, on a dit non.  Saint Léobard, mais tu as assez bu, va donc te coucher. Saint Létard, puisqu’on te le dit, va te coucher !

 

Nous sommes jeudi. C’est le jour de la…

 

Très édifiante et fort vénérable encyclopédie

Picrocholine du micro savoir.

Par le très estimé

Professeur Nicodème Abélard Leruth de la Motte de la Tichauvent

(Nico le Tich pour les intimes mais il y en a peu)

Professeur Honoris causa de l’Université Gnhon-al-rhatich de Tripoli.

 

Docteur en branlocouillométrie expérimentale de l’Université de Villerupt-lez-Blanchon-sur-Lesse.

Thèse : « Granulométrie en phase gazeuse des corn-flakes soumis à un rayonnement subatomique de spin de cheval positif ».

 

Détenteur de la chaire Duran-Duran à l’Université Yéwéné-Yéwéné de Baden-Baden et auteur de la

Thèse « Boutros-Boutros Gali et le pili-pili à Bora-Bora ».

 

Professeur émérite à l’Université Presque-Libre-s’il-n’y-avait-les-sous de Paliseul II.

 

Oryctérope du Cap (Orycteropus afer).

Ou

L’oryctérope n’est pas une affaire !

 

Orycteropus afer

Orycteropus afer pas très afféré. Source : Wikipedia. Auteur « open cage »

 

Mammifère approximatif au physique ingrat des pays pas très humides d’Afrique et de ce coin là. De mœurs principalement nocturnes, l’oryctérope vit surtout la nuit.

L’animal est d’ailleurs tellement nocturne que parfois, quand Paris s’éveille à 5 heures du mat’, l’oryctérope, lui, se réveille dans des draps bleus froissés. Ce qui ne l’empêche pas de passer sa journée dans un terrier, au lieu de bosser plus pour gagner plus, comme tout le monde.

L’oryctérope est un con. D’ailleurs, il n’y a pas d’oryctéropes à l’Académie Française. Et corollairement aucun académicien n’est un oryctérope. Par contre, il n’est pas exclu qu’un académicien puisse s’enorgueillir de mœurs douteuses, nocturnes, pardon, et vivre dans un terrier.

Quand je parle d’un physique ingrat, je pèse mes mots. Puisque l’oryctérope nu et peu avare de plis peauciers est trapu avec un très long nez, une queue de cochon et des oreilles de lapin.

C’est dire qu’en plus d’être con, l’animal est laid.

Si laid qu’on l’appelle aussi, mais uniquement si c’est vraiment nécessaire, des fois qu’il viendrait, qu'on l'appelle le cochon de terre.

Si laid qu’il est la seule espèce du genre Orycteropus et le seul représentant de l’Ordre des Tubulidentés,  c’est dire s’il s’emmerde. Alors que maître Vergès et maître Modrikamen ne sont pas les seuls représentants de l’ordre des avocats. Heureusement.

Ces faits laissent a penser que si Dieu dans son élan créateur s’est arrêté à temps, il s’est peut-être arrêté trop tard. Ce qui laisse à songer aussi que Dieu n’est pas seulement fumeur de havanes, mais aussi buveur de Ricard et de Chimay bleue.

Si laid qu’on le croirait Bordelais. Alors qu’il est Africain. Et que l’Africain est plutôt chafouin sauf lorsqu’il a faim. Mystères de la nature. L’oryctérope a donc un long nez comme le tamanoir avec lequel il ne doit pas être confondu bien qu’il en soit fourmilier puisqu’il mange des termites par centaines.

Quant au tamanoir, il ne doit pas être confondu avec la fille un peu boulotte du châtelain. Elle, c’est le tas du château. Mais revenons à nos bestiaux.

L’oryctérope est nyctalope et sa femme est une salope. Du moins c’est l’oryctérope qui le dit quand on commet l’imprudence de lui laisser la parole, ce qui est heureusement fort rare.

C’est que l’animal est goujat en plus d’être con et laid.

L’éthologiste lui, dit que la femme de l’oryctérope est l’oryctéropette. Mais qui s’en soucie ? Je vous le demande.

Quand ils copulent…

Quand je dis « ils », j’entends par là l’oryctérope et l’oryctéropette, pas l’oryctéropette et l’éthologiste ou tout autre cas de figure que je n’ose même pas imaginer. C’est que je vais encore à l’église me faire une douzaine d’huitres, d’Ave et de Pater, pardon, tous les dimanches moi.

Quand l’oryctérope copule donc,  on dit que le nyctalope nique salope ou saute l’escalope. Phrase interlope. Et hop. Sauf quand l’oryctéropette est toute petite. On dit alors que l’oryctérope saute salopette ou sa lopette si l’oryctéropette est en petite forme ou sale au pète si l’oryctéropette ne s’est pas essuyée après l'avoir fait au cabinet du ministre et avant de le faire avec monsieur ou si l’oryctéropette pète, ce que cette grosse dégueulasse fait volontiers.

En effet, à l’instar du mérou, l’oryctérope pète mais contrairement au poisson il ne se tond pas.

Après cette cavalcade verbale primesautière, revenons à nos moutons, enfin, à nos oryctéropes.

Dans la nuit, le commun des mortels dit que l’oryctérope vagit. S’il est de bon aloi qu’un animal nocturne agisse la nuit, il pourrait cesser de vagir à la lune qui luit, par correction pour ceux qui dorment la nuit parce qu’ils bossent le jour, eux, ou simplement par bon goût.

Par contre, contrairement aux féroces soldats, il ne mugit pas dans nos campagnes ni dans nos compagnes. Puisque, on vous l’a déjà dit mais vous n’êtes pas attentifs, je vais couper ce putain de radiateur auquel vous semblez collé, monsieur là dans le fond !

On vous l’a donc déjà dit : l’oryctérope se foule le groin pour l’oryctéropette, pas pour nos campagnes et il vit en Afrique, pas dans nos compagnes.

Pourtant, le scientifique ne dit pas que l’oryctérope vagit même si son long cri plaintif d’actionnaire ruiné y fait songer. Non, imaginatif, l’éthologiste dit que l’oryctérope pleupleute. Comme le Pic des pèches quand il se grouille. Sauf que c’est l’oryctérope, pas le pic. Quand il crie encore plus fort, ce n’est que le début d’accord, on dit que l’oryctérope froustille. Citons Robert Baudelaire, qui était friand d’oryctéropes.

 

« Quand le soir venu l’oryctérope pleupleute dans la savane,

j’ai envie d'un cul pour ma grande banane. 

Quand le matin arrive et que dans l’aube il froustille

J’en ai le jambon qui frétille.»

 

Car en vérité je vous le dit, venons en au point essentiel dans l’étude des mœurs de cet animal : est-ce que l’oryctérope se mange et si oui, est-ce que c’est bon ? Ce serait logique pour un cochon de terre, puisque dans le cochon, même d’éther, tout est bon.

Sur ce point crucial, les avis divergent. Ce qui n’est pas pour déplaire à l’oryctéropette polissonne. Certains racontent que la chair de l’oryctéropette est amère ou ta sœur, c’est selon. En effet, cette ribaude étant friande de glands, sa viande serait un peu cloche. Car ne dit on pas « polissonne le gland » ?

Cependant, les coureurs de brousse aiment à faire longuement frémir la viande d’oryctérope sous la cendre du feu autour duquel ils narrent tard le soir, les joyaux magnifiques de leur geste héroïque et les derniers exploits de Koh-Lanta. Lorsque la cuisson est parfaite, les connaisseurs disent que l’oryctérope ferme sa gueule. Il ne froustille plus mais il croustille à en devenir presque sympathique.

Pour terminer, l’auteur voudrait exprimer son regret que l’oryctérope soit d’Afrique. Car si l’oryctérope d’Europe nyctalope sonnait délicieusement à l’oreille bien que cela fût géographiquement carabistouillesque, l’oryctérope d’Afrique nyctalope atteint allègrement les rivages brouillés de la dissonance inélégante.

Car en plus d’être bête, laid et goujat, l’animal est rétif au bon mot et au bel esprit. Décidément, je ne voudrais pas d’un oryctérope pour beau-frère. Encore que vous ne connaissiez pas mon beau-frère. Ni ma sœur. Veinards va !

J’ajouterai pour conclure que s’il n’était si petit et si porté sur la chose, l’oryctérope ferait un bon Président de la République ou du Conseil, de ceux qui vénèrent plus que de raison leurs bijoux de famille et les rubis à peine sortis de la mine.

Je vous remercie de votre attention. J’attends maintenant vos questions.

Mais je ne conclurai pas cet explosé sans vous rappeler les mots de Roger Nitch : « Le 21ème siècle verra le temps de l’égoïsme. Replié sur lui-même, l’humain dans une indifférence crasse verra, hagard, le mois de février impitoyablement chassé par celui de mars, alors que les oryctéropes affamés vagiront dans Paris . Il se demandera alors : Mais que fait le gouvernement ? »

Par le rustre - Publié dans : Almanach des sots et des malentendus - Communauté : Made in Belgium
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

plus de couleur

  • Lierre terrestre
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés