Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 14:55

 

34

Source : http://www.kroll.be/index.php?option=moi

 

En raison de la sombre actualité de ces derniers jours, nos programmes sont remplacés par la retransmission en direct de l’hommage funèbre à feu le jeu des dictionnaires, décédé en ce mois de juin de l’an de graisse 2011. Une graisse pas très antique. Or, nous savons tous quoi penser de la graisse antique. N’est-ce pas, petite péronnelle ? Cette émission sera commentée en direct par Jean-Louis Lahaye, présentateur-arboriculteur à la RTBF, le professeur Francis Ballast, spécialiste de l’histoire du rail (un peu comme Jean-Luc Delarue mais pas du même rail, si vous voulez) et par monsieur Bruno Gregory, neveu de tous les neveux.

 

-Francis, Bruno, bonjour.

-Bonjour Jean-Louis.

-Bonjour Jean-Blaise.

-Jean-Louis, Francis, moi c’est Jean-Louis. Ne commencez pas à enduire les auditeurs d’erreur. Ils sont suffisamment déboussolés comme ça les pauvres.

Et à vous, chers auditeurs, je vous souhaite malgré la tristesse des circonstances, un excellent bien que solennel moment en notre compagnie.

C’est en de biens funestes circonstances en effet que nous nous retrouvons aujourd’hui pour assister en direct à la cérémonie d’hommage funèbre au regretté jeu des dictionnaires et à sa jolie petite sœur « la semaine infernale », décédés tous deux dans des circonstances aussi inopinées que soudaines et surprenantes.

-C’est un peu un pléonasme Jean-Paul… Inopiné, ce n’est pas un mot sale, ça signifie…

-Commencez pas à ramener votre fraise Francis, avec votre petit Monsieur je sais tout et votre longue figure.

De biens tristes circonstances donc, qui nous amènent ici en cette chapelle Onze Lieve Vrouw des vertus discrètes de Uccle…

-1180, Jean-Bernard, 1180.

-Gné ? Quoi 1180 , C’est la date des Eperons de bronze ou quoi ?

-Non, le code postal de Uccle, mon cher.

-Pfffff… Nous sommes et gné gné gné… pour assister, disais-je, à cette cérémonie d’hommage qui sera menée par Monseigneur l’Abbé Georges Clooney et par la mère supérieure du couvent des Ursulines de Chimay, Ma mère l’oie. Alors que déjà se pressent, la mine sombre et le regard hagard…

-Je vous signale Jean-Pierre que mon regard était aussi hagard quand j’étudiais l’histoire du chemin de fer. Hagard… Chemin de fer… Comique non ?

-Non Francis… Pourriez-vous nous faire grâce de votre humour ferroviaire en ces instants funestes, espèce de bille… de chemin de fer.

-Désolé, mais sur les jeux de mots, j’y vais à Fonck, Jean-Luc. J’ai soif, me ferais bien une p’tite jupe en l’air moi.

-Je reprends… Une foule à la mine triste et à l’œil aussi rouge qu’un nœud pap’ de crooner Montois, donc, où l’œil avisé du commentateur averti reconnait nombre de personnalités, Francis…

-Tout à fait Jean-Denys, mon jeune ami. D’emblée on remarquera au premier rang la famille Tilkin, déjà orpheline et à laquelle on arrache une seconde fois le cœur. Je signale au passage que pour la communion, le vin de messe a été remplacé par du mastaquet.

-Du mastaquet Francis ?

-Oui, l’apéritif des intrépides ardennais Jean-Christophe. Vous ne me semblez pas très averti ! Juste derrière la famille Tilkin, on reconnait, éplorés et visiblement très déprimés, le Docteur Derscheidt accompagné de son infirmière, madame Pannekoek. Il se dit à ce propos que la cérémonie sera suivie d’une superbe séance collective d’ablépharie, qui soyez en sûr, fera un pfffffftttt mémorable. Aux pieds du bon docteur, vous remarquerez son teckel, qui répond, enfin qui répond, il ne dit rien hein le chien, c’est une expression, qui répond donc au doux nom de « balle dans la bouche ».

-C’est pas plutôt un prénom de mouche ça, Francis ? Quoi qu’il en soit, pouvez-vous nous remettre les pendules à l’heure ? Cet animal semble souffrir des pattes.

-A l’heure avec le rail ? Vous n’y pensez pas. Pour le clébard, il a eu un accident il y a cinq ans. Il est sourd aux ultra-sons, pauvre bête, alors il n’a rien entendu en traversant la ligne du tram… Il est resté paralysé de l’arrière train. Pourtant le docteur l’avait sifflé trois fois… Depuis, il a le cul monté sur une paire de roulettes fisher-price.

-C’est terrible, Francis, quel dommage mais quel hommage.

-Tout à fait Jean-Perdpasune. Ce sera une cérémonie mémorable, à la hauteur de ces deux personnes de qualité qui nous quittent trop tôt. Voyez plutôt cette assemblée de haute volée où on aperçoit en vrac Super-Wallon, le Docteur G., Priscilla Suçotte, Chuchotte, pardon, DJ Didjier, et même ce vieux dégueulasse de parrain. Je signale également la présence exceptionnelle de Vanessa, qui arbore une superbe veste en peau de mouton retourné et qui a exceptionnellement fermé son salon de coiffure de la rue Crapaurue à Vervjier. Verviers dont je dirais, pour résumer « 4800 ».

-Je ne vois pas Thomas Gunzig, Francis ?

-Non, malheureusement, pris d’un fou-rire en relisant le texte « bande de cons » dans l’escalier il a eu un glissement sémantique et est atterri sur les dalles. Il souffre d’ailleurs terriblement des amis Dal.

-Quelle triste histoire. Ca m’attriste. Je vais me faire un café bien serré pour me remettre, tiens. Mais dites moi Bruno, on ne vous entend pas beaucoup je trouve. Je vous signale quand même que la RTBF vous rétribue grassement, enfin grassement… Vous pourriez vous impliquer. Quel est votre sentiment en ce jour funeste.

-Une joie indescriptible Jean-Louis. Je suis heureux de la disparition de cette émission de klettes.

Ma vie était belle avant. La semaine, j’étudiais l’Art et le bon surréalisme Belge à l’académie « Willy Borsu » de Grez-Doiceau.

-Aaahh Grez-Doiceau, Jean-David, que dire de ses 1390 ?

-Faites chier Ballast. Ne m’interrompez pas ! Le week-end, j’animais la troupe scoute « toujours bleue » de Thorembais. Ta gueule Francis ou je te ventile ! Mes soirées, je les passais à la jeunesse militante et réformatrice de Jodoigne à écouter en boucle de vieux discours de Jean Gol.

-Jodoigne, mille trois-cent…

-Francis, la ferme !

-J’étais heureux. Je venais de recevoir mon troisième service de table en faïence bleue à l’effigie d’Olivier Maingain, avec écrit dessus « la Belgique est un plaisir et doit le rester ». C’est dire si je nageais dans le bonheur.

Mais tout a changé pour moi. Maintenant je me cache. Je tremble et je sue les mille gouttes. Parce que vivre cacher dans un poêle à mazout, c’est chaud, surtout en hiver… Tout ça c’est de la faute à mon parrain qui, quand il a été engagé à la chorale « Onze Lieve Vrouw » d’Anderlecht…

- 1070, Jean-Yves, 1070.

-… s’est mis à faire les navettes vers la capitale. Il rentrait vers 17h00 et écoutait la Première pour les infos trafic. Il est tombé sur « le jeu des dictionnaires » et sur les sketches de Juan d’Oultremont, à propos de son neveu… Gregory. Mon idiot de parrain… Pour vous dire qu’il est bête, figurez-vous qu’à Pâques, il s’est mis à chercher des œufs le long des autoroutes wallonnes parce qu’il avait entendu dire qu’il y avait beaucoup de nids de poule. Ce con s’est mis à croire que le Grégory de Juan, c’était moi. Il a commencé à me regarder avec un air drôle, à m’offrir des trucs bizarres : une photo de Didier Reynders sur une trappe à souris armée, une carabine avec, collé au-dessus de la gueule du canon, un post-it disant « regardez-ici et souriez» et sur la gâchette un autre disant « appuyez ici pour prendre la photo », une webcam, qu’il disait…

-Oui, je comprends votre souffrance Bruno…

-Non ! Vous ne comprenez rien ! Vous n’entendez rien aux cris sourds qui montent de nos plaines de toutes ces personnes blessées par cette bande d’humoristes à la sauvette. Marc Herman, François Pirette… voilà des comiques qui sont rigolos et drôles. Mais cette bande là… Vous imaginez-vous les générations de Bruno qui dorment la peur au ventre ? Les centaines de fumeurs traumatisés ? Et les porteuses d’appareils dentaires ? Et ces centaines de jeunes filles traumatisées à la seule idée d’aller quémander une dringuelle à leur parrain ? Mais ce n’est pas le pire, Jean-Louis. Savez-vous que les chauve-souris ont disparu de la grotte de Han depuis qu’elles sont scrutées en permanence par des visiteurs indiscrets qui tentent de voir comment elles font pour faire caca la tête en bas ? Et toutes ces pauvres femmes qui ont un copain qui s’appelle Freddy et qui redoutent qu’il ne se transforme au téléphone en abominable limace visqueuse et lubrique ? Bon débarras oui, le jeu des dicos et ses gros Robert ! J’ai toujours préféré les petites rousses !

-Si vous me permettez, mon cher Jean-Balthazar, j’avais prévu que ce petit monsieur de Bruno Grégory serait un con. Alors je me suis permis de lui apporter un petit présent.

-Faites, Francis, faites.

-Ooooooohhhh monsieur Ballast, une photo dédicacée de Charles Michel, mon idole !

-Et pas n’importe quelle photo ! C’est une carte musicale ! Embrassez-le sur la bouche, vous verrez.

-Smaaaaaak !

-Qui a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé, l’orange, qui a volé l’orange du marchand…

-Dieu me tripote, Francis, comme vous connaissez bien mes goûts ! Gilbert Bécaud. C’est, mais, qu’est-ce que……

-Qui a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé….

-Arrrrrghhhhhhh. Hhhhhh.

- a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé

- Bien fait pour ta gueule, gros baraki. Vasse tchir ê Mouss !

… a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé…

-Mais que Francis….

-Curare, Jean-Fernandel, rapide et efficace. La carte en est enduite.

-Mais… Il est mort ?

… a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé…

-Plus raide que lui, tu meurs. Enfin quoique, Rocco Siffredi… Mais non… Il est mort.

… a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé…

-Sur ce, si je puis me permettre, Francis… Gilbert est légèrement exaspérant. Je l’enverrai bien rejoindre Nathalie pour discuter de Pouchkine….

… a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé a volé…

-Pas de problème Jean-Mouammar… Un petit marteau et….

-Tu vas la fermer ta gueule Gilbert ? Tu vas la fermer dis, hein ? PAF ! Dis tu vas la fermer ? Tu nous emmerdes avec tes oranges. PAF ! Fais toi un jus et basta. Y a plus grave que tes agrumes de mes deux pamplemousses tu crois pas ? La faim dans le monde, les gaufres de Bart… tout ça…. PAF !

Et voilà Jean-Louis (oh ! j’ai dit Jean-Louis !). Pour fêter ça, je vous proposerais bien une lichette de tarte au riz. Vousse on boquet d’doreye, valet ?

-Rôôô Francis, vous n’allez pas nous refaire le coup de la tarte ?

-Mais c’est de circonstance Jean-Théophile. Elle vient de Tancrémont. Et avec… Hop là ! Une bouteille de mastaquet. Buvons à la santé des disparus.

-Si vous me prenez par les sentiments… Santé ! Dju ! C’est du genre couillu !

-Y a même encore les poils autour Jean-Maryse ;

-Je dirais qu’il y a de la pomme non ?

-Aaaahhhh mais pas que, mais pas que… Jean-Hips ppppolyte. Mais je vous me interromps, mon vieux Jean-Adalbert, c’est le moment de la lecture de l’évangile. Ecoutons. C’est Pierre Kroll qui devait faire la lecture mais l’émotion l’a laissé sans voix. C’est donc Mister Q lui-même qui le remplace.

-Evangile selon Saint Robert..

1.4.1. Et donc or en vérité, il prit le pain, le rompit et dit à ses disciples, prenez le, moi je préfère les rillettes.

1.4.2. Et car or ni donc en vérité toujours puisque je vous le dit, oui en effet.

1.4.3. Merde, j’ai fait une tâche de rillette sur ma toge. Il faudrait un miracle pour ravoir ça à 40 degrés.

1.4.4 et des poussières. C’est dingue de se dire que si on avait crucifié Marie-Madeleine au lieu de Jésus, le Saint Suaire serait en pages centrales de play-boy ! j’ai dit que c’était dingue pas que c’était respectueux des écritures.

-Francis… quelle émotion. Je suis tout chose. Remettez moi une rasade de mastaquet. Je me demande si je n’y ai pas décelé un peu de pétrole.

-Y en a Jean-Alain, y en a. Mais là Jean-Poulain, je vous arrête. Ecoutez. C’est le moment du requiem. Interprété par la chorale Sainte Pépette du Staneux de Polleur, qui accompagne un soliste de renom, et quel renom, puisqu’il s’agit du célèbre rappeur serésien 50 centimes.

-Dju, ca va déchirer grave, si je puis me permettre… Ecoutons…

- Yo ! 50 centimes represents… Yo Seraing est dans la place… Yo frites et boulets sauce lapin… ouééééééé. Ah tous les Luigi et les mingati…

-Euh… vous êtes sûr que c’est un requiem Francis ?

-Ne vous plaignez pas ou je remets Gilbert. Et je ne suis pas sûr qu’il ait retrouvé son voleur…

-Ah bon… Mais voilà déjà Francis, qu’on me fait signe : il faut rendre l’antenne. La rendre mais pour en faire quoi ? Déjà que la RTBF télé, c’est plus très drôle depuis longtemps. Maintenant, que nous restera-t-il à la radio ? Mouais Dubus, c’est rigolo… mais si les TEC font grève…

-Elle est à chier celle-là Jean-Henri.

-C’est donc ici que nous nous quittons, chers auditeurs, alors que la cérémonie ne fait que commencer. Alors que nous avons à peine effleuré l’énorme galerie de personnages vrais comme imaginaires qui ont habité nos ondes pendant plus de 20 ans. Et voilà qu’ils nous quittent, comme ça, par la petite porte, presqu’en catimini. La N-VA a raison, ce pays s’évapore. Ces personnages, ces rires qui ont bercé toute notre jeunesse et qui retournent aux limbes avec les snuls, avec Coluche, Desproges, Geluck, Garcia et Decaunes, les Inconnus… Que va-t-il nous rester pour nous fendre la poire ? Tous ces personnages que nous aimions et qui ne seront plus que des archives mortes. Le temps passe et sa roue tourne, je le sais. Mais franchement, le temps qui passe m’emmerde encore plus que Gilbert et ses oranges. Bon vent gros membres de l’équipe, continuez à le faire avec la langue.

Quant à nous, mon cher Francis et sans transition…

-Non c’était Bruno, je crois, pas Transition.

-Certes… mais nous nous retrouverons la semaine prochaine pour commenter ensemble le 51ème concours Eurovision de la chanson paillarde. A vous les studios !

Partager cet article

Published by le rustre - dans Chroniques rustiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lerustre.over-blog.com
  • : Le Rustre est un peu dingue. Il a un avis sur tout bien sûr. Et quel avis ! Il a des mentors bien sûr. Et quels mentors ! Pompon, Rémy Bricka, Roger Tout court, Rika Zaraï, les chevaliers playmobils... C'est dire si l'avis du Rustre est pertinent !
  • Contact

Recherche